Partager

Après la mort de l’étudiant Balla Gaye en 2001 et Bassirou Faye décédé dans des conditions nébuleuses en 2014 à l’Ucad, c’est au tour de Fallou Sène  de connaitre le même sort, ce mardi 15 mai 2018 à l’Ugb. La réclamation de leurs bourses d’étudiant serait à l’origine de cette bavure. Aujourd’hui, tous les sénégalais sont plongés dans l’expectative totale  à cause de la « violence légitime » érigée en règle par le pouvoir de Macky.

Le cycle de violence dans le quel la toute puissance publique  exerce son pouvoir sur les sénégalais commence à dépasser l’entendement. En effet en 2001 sous le règne de Wade, l’étudiant Balla Gaye a été tué dans le temple du savoir à Dakar. En 2014, l’étudiant Bassirou Faye a trouvé la mort à l’Université Cheikh Anta Diop  alors que ses camarades réclamaient des bourses Depuis lors, des simulacres d’enquêtes approfondies ont été diligentés pour situer les responsabilités mais l’affaire a fini à l’amiable malgré l’arrestation de quelques présumés coupables. Ce mardi 15 mai, soit 4 ans après cette bavure à l’Ucad, c’est au tour de l’étudiant  Mouhamadou Fallou Sène, étudiant en 2e année de Lettres de moderne à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (Ugb) de tomber sous les balles de nos forces de l’ordre alors que lui et ses camarades réclamaient leurs bourses. Des bourses qui leur épargnaient ainsi de « mendier » pour avoir de quoi subsister. Las d’attendre leurs pécules qui tardaient à venir, ces « matières grises » de la capitale du Nord ont dû prendre la décision de faire une journée sans tickets pour pouvoir se restaurer. Et  c’est sur ces entrefaites que les forces de défense sont intervenues pour les en empêcher. Malheureusement, au cours des affrontements, Mouhamadou Fallou Sène y a trouvé la mort. C’est ainsi que les étudiants ont saccagé le domicile du ministre de l’Enseignement supérieur, le Rectorat et le Crous. Et leur furie  a fait tâche d’huile  aux campus de Dakar, Diourbel et Ziguinchor, entre autres. Du coup, les sénégalais sont tentés de se poser des questions légitimes. Ce pouvoir a-t-il été porté au pinacle pour mater  et tuer des étudiants ? Le Président Macky prend-t-il la pleine mesure des dérives autoritaires que les forces de  défense et de sécurité exercent délibérément sur les sénégalais ? A l’évidence, il est évident que la coupe des sénégalais en est devenue pleine face aux dérives d’un pouvoir qui ne cesse de multiplier ses coups de force sur nos compatriotes. Gageons que tous les sénégalais se ressaisissent avant qu’il ne soit trop tard  car le rôle de l’Etat est de protéger ses concitoyens et non de les parrainer à la mort.

Sénégal7.com

 

LAISSER UN COMMENTAIRE