Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

Voilà le Sénégal des impunités où il est permis aux tenants du pouvoir ou supposés comme tels de faire tout ce dont ils  veulent sans jamais être inquiétés. C’est le cas notamment du Moustapha Junior Lô et de son père Moustapha Cissé Lô. Même s’ils ne surfent pas sur le même clavier, les sénégalais constatent avec amertume  que  le fils bastonne et le père insulte à souhait alors que la justice est là pour trancher les litiges entre citoyens.

Publicité
Publicité 1

Il est difficilement compréhensible que des citoyens supposés être proches du pouvoir se permettent de régler leurs comptes par l’insulte et le bastonnade sur citoyens présumés être fauteurs de troubles  alors que le Justice est  là pour régenter les contradictions entre compatriotes. C’est le cas de Moustapha Junior Lô et de son père Moustapha Cissé Lô. Le fils s’est permis de poster une vidéo sur la toile où il bastonne délibérément un individu  dont il déclare qu’il a manqué de respect à son guide religieux. Certes, de tels  manques de respects à nos guides religieux sont à proscrire  au niveau de notre cité,  mais il  était plus judicieux de porter l’affaire devant la justice et de la laisser trancher en toute indépendance. C’est ce qui est d’ailleurs recommandé dans un Etat de droit comme le nôtre. En ce qui concerne les insultes devenu un effet de mode, le président du parlement de la Cedeao en a fait une chanson qu’il claironne à chaque fois que la presse lui tend un micro et le zoome avec une caméra. Ainsi à l’arrivée, ces deux protagonistes s’estiment heureux d’avoir le sentiment du devoir bien accompli. Pourtant, nombre de sénégalais sont d’avis que si de tels comportements étaient du ressort de ceux qui ne sont pas du camp du pouvoir ou autres,  à l’instar de Barthélémy Dias, la suite  qui lui  est réservée est connue de tous. Et le plus cocasse dans cette affaire, c’est que Moustapha Junior Lô a dû briser le silence pour justifier ses actes de violence par sa perte de repère dès qu’il s’est senti offensé. A l’évidence dans un pays où il y a des citoyens de première et de seconde zone, il y a lieu de s’inquiéter car le pire est à venir.

Assane SEYE-Senegal7

 

 

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE