Partager

Les « divergences » entre Touba et le palais sont passées à la loupe dans le quotidien L’Observateur de ce weekend. Des premiers couacs nés de la visite du couple présidentiel à Touba en 2013 avec l’affaire du tableau offert au khalife, en passant par les huées dont a fait l’objet le chef de l’État dans la cité religieuse, et enfin la débâcle du Oui au référendum du 20 mars dernier, entre autres, les relations entre Touba et le palais de la République, sous Macky Sall, ne se portent pas mieux que sous le régime Wade. Si le Pds et l’opposition ont su préserver leurs « bons rapports avec la famille maraboutique de Touba », tel n’est pas le cas de tenants actuels du pouvoir.

Abdourahmane Sall, membre du comité directeur du Pds et secrétaire général de la section de Touba-Mosquée, estime qu’« au-delà du fait que Touba reste un bastion solide du Parti démocratique sénégalais depuis 1988, l’influence de la personne d’Abdoulaye Wade qui, depuis son accession à la tête du pays, a revendiqué sans équivoque son ancrage à la communauté mouride, a grandement pesé sur le “Non dominant” au référendum du 20 mars dernier à Touba ».

Dans les colonnes du journal, il évoque des manquements et rappelle les recommandations du khalife au chef de l’État, « d’être davantage indulgent et clément, mais surtout de cultiver une valeur sûre d’un chef d’État : celle d’avoir le sens du dépassement et du pardon. Les emprisonnements de Cheikh Béthio Thioune et de Serigne Assane Mbacké sont venus envenimer les relations déjà exécrables entre le président de la République et la communauté mouride », pense-t-il. En un mot, constate Abdourahmane Sall, « le compagnonnage des mourides avec l’actuel régime est très tendu ». Touba qui a fait subir un camouflet au camp présidentiel, aux élections locales du 21 juin 2014.

L’obs