Partager
ANNONCE

Pour une fois, Abdoul Mbaye trouve la justice indépendante. Relaxé en première instance dans l’affaire qui l’oppose à sa femme, Mbaye peut dire maintenant que la justice est libre. Nous de notre côté, nous n’avons jamais douté de cela.

C’est cela l’opposition sénégalaise. Quand dans une affaire, purement privée, un des leurs est attrait à la barre du tribunal, il y a un seul responsable : le président de la République. Monsieur Mbaye vous avez ameuté tout le pays, vous avez insulté les institutions de la République, vous avez douté des hommes qui rendent la justice dans ce pays, parce que simplement, un juge a demandé à éclaircir deux certificats de mariage. Une affaire simple que vous avez cherché à dramatiser. Tout au long de ces mois, vous avez perdu votre sang froid et vous avez paniqué, en tenant de rallier l’opinion à votre combat.

Le verdict rendu par le tribunal de Dakar est une bonne chose pour la démocratie. Cela démontre que l’Exécutif ne donne aucune commande à la justice et que les décisions sont administrées dans l’intime conviction des juges.

J’espère demain, dans d’autres affaires où des opposants sont impliqués, quand la justice rendra une décision défavorable à vous et à votre camp, que vous aurez la même humilité en reconnaissant que les juges sont indépendants.

J’espère également que vous cesserez de mêler le président de la République à vos affaires strictement privées.

Vous avez comme l’autre, insulté des journalistes. Si vous étiez un homme courageux, il fallait citer des noms, c’est plus simple et plus responsable.

J’espère que vous cesserez d’ameuter les Sénégalais du fait de vos propres turpitudes et que désormais vous respecterez toutes les décisions de justice dans ce pays, vous et vos semblables, dans les affaires présentes et à venir.

La République n’a rien à voir avec vos errements conjugaux. La justice est saisie tous les jours d’affaires semblables et dans la dignité, des citoyens anonymes se font administrer des verdicts favorables ou défavorables, mais ni avant, ni après, personne ne les entend. Vous devez être humble, comme ces citoyens que vous aspirez à diriger et respecter leur justice.

ANNONCE

LAISSER UN COMMENTAIRE