Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

Parmi les conséquences de la victoire démocrate à l’élection de novembre dernier, il y en a peu qui auront autant d’impact sur la présidence de Donald Trump que la réouverture des enquêtes sur l’affaire russe, notamment celles du comité de la Chambre sur le renseignement, dirigé par le démocrate de Californie Adam Schiff.

Publicité
Publicité

Parmi tous les démocrates, celui qui donnera le plus de fil à retordre au président Trump dans les mois à venir n’est pas un candidat à la présidence ni un politicien friand des déclarations à l’emporte-pièce. C’est Adam Schiff, le représentant de la Californie qui dirige le comité de la Chambre sur le renseignement. Adam Schiff est tout le contraire de Trump. Il est du genre qui passe facilement inaperçu dans une foule. C’est un avocat consciencieux et méthodique, qui ne dit jamais un mot plus haut que l’autre. Dans son discours sur l’état de l’Union, Trump menaçait les démocrates de tous les maux de la terre s’ils osent lever le voile sur la multitude de dimensions de l’affaire russe qui ont été escamotées par les enquêtes de la Chambre lorsque les républicains en avaient la charge. Loin d’avoir été dissuadé par les menaces du président, sans tambours ni trompettes, Adam Schiff a fait connaître hier les paramètres de l’enquête que mènera son comité. Le comité qu’il préside va ratisser large en ouvrant l’enquête sur cinq fronts. Les Russes ont déjà été impliqués par le procureur spécial Mueller dans une série de mises en accusation pour les gestes posés pendant l’élection de 2016, mais le comité de la Chambre dirigé par les républicains n’avait pas fait de gros efforts pour forcer l’administration Trump à rendre des comptes sur les actions concrètes mises en œuvre pour éviter que ce genre de choses se reproduise d’ici à novembre 2020. Ça va bientôt changer. (…).

Assane SEYE-Senegal7

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE