Partager

Le policier Congolais Paul Mwilambwe inculpé en janvier 2016 par le juge Samba Fall dans l’affaire de l’assassinat du défenseur des droits de l’Homme, Floribert Chebaya et son chauffeur, craint maintenant pour sa vie. Son avocat, Me Domingo Dieng a exprimé les craintes de son client. A l’en croire, le policier congolais vit aujourd’hui sans revenus et dans la clandestinité à cause des lenteurs de l’instruction.

Le policier Paul Mwilambwe craint d’être liquidé par ses compatriotes car un des avocats de la partie adverse, est venu se constituer à son insu pour prendre connaissance du dossier en instruction au niveau du deuxième cabinet.

« C’est lorsqu’il était parti signer le registre du contrôle judiciaire que le juge d’instruction lui a fit part de cette constitution », a expliqué Me Dieng qui ne comprend toujours pas à quelle fin, son confrère congolais a cherché à obtenir des éléments du dossier alors qu’il n’a jamais été constitué.

En exil au Sénégal, le policier a été inculpé au niveau du deuxième cabinet d’instruction pour assassinat et actes de tortures et de barbarie. Lors de son audition sur le fond, il a mis en cause le chef de la police congolaise, le général John Numbi qu’il accuse d’être le commanditaire de l’assassinat de Chebaya.

Fondateur de l’ONG « La voix des sans-voix pour les droits de l’homme », une organisation devenue au fil des ans très critique vis-à-vis du Président de la république démocratique du Congo Joseph Kabila, Chebaya a été retrouvé mort dans sa voiture le 2 juin 2010 dans la périphérie de Kinshasa. A la veille de son décès, il avait reçu une convocation l’invitant à se rendre à l’Inspection générale de la police pour y rencontrer le Général Numbi. Il n’avait plus donné signe de jusqu’à ce que son corps soit découvert.

En juillet dernier, la Haute Cour militaire de la RDC a réformé les peines infligées en première instance aux inculpés, prononçant des acquittements pour certains accusés et la prison à vie pour les cinq policiers jugés.

Les parties civiles qui ont dénoncé une banalisation du crime d’Etat, attendent beaucoup de la justice sénégalaise qui est en train d’instruire le dossier. A cet effet, l’épouse de Chebaya et celle du chauffeur Banza ainsi que leurs enfants ont déjà été entendus par le juge Samba Fall qui a été remplacé par le juge Yakham Lèye dans ce dossier.

LAISSER UN COMMENTAIRE