Partager

Après sa démission fracassante de son poste de membre élu du Conseil supérieur de la magistrature, Ibrahima Hamidou Dème fait face à des menaces de sanction. Mais il pourra compter sur l’Union des magistrats du Sénégal (Ums) qui, dans un communiqué, a mis en garde contre toute sanction contre le magistrat Dème.

«Suite à la démission de notre collègue Ibrahima Hamidou Dème de son poste de membre élu du Conseil supérieur de la magistrature, des voix se sont élevées pour le jeter en pâture et des menaces de sanctions de radiation ou de rétrogradation ont été brandies à son encontre», déplore l’Union des magistrats du Sénégal dans un communiqué. Et la même source de poursuivre : «Le Bureau exécutif (de l’Ums) rappelle qu’il a toujours dénoncé, avec vigueur, les maux que le collègue Dème a évoqués dans sa lettre de démission notamment le dysfonctionnement du Conseil supérieur de la Magistrature.» Autrement dit, pour l’Ums, ce que le magistrat Dème dénonce est bien une réalité, contrairement aux propos du ministre de la Justice.

D’ailleurs, le Bureau exécutif de l’Ums condamne fermement «les menaces proférées contre les magistrats d’où qu’elles proviennent et rappelle que la Justice ne saurait être gérée par de l’intimidation». «Le Bureau exécutif invite les uns et les autres à plus de sérénité, de mesure et au respect scrupuleux des principes qui gouvernent l’Etat de droit», lit-on dans le communiqué. Qui poursuit : «Le Bureau exécutif apporte son soutien sans faille au collègue Ibrahima Hamidou Dème et continuera à mener toute action appropriée pour la sauvegarde des intérêts matériels, moraux et professionnels des magistrats.» Enfin, l’Ums réaffirme sa