Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

En tant que Président du Groupe parlementaire de la mouvance, Aymérou Gningue avait annoncé la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire pour faire la lumière sur l’affaire des 94 milliards du titre foncier 1451/R qui concerne le Directeur des Impôts et le député, Ousmane Sonko. Au moment où les choses semblent aller trop vite, de hautes personnalités impliquées dans ce dossier sont en train de remuer terre et ciel pour ne pas être auditionnées. Il est sûr que l’affaire va atterrir sur la table du chef de l’Etat qui ne veut plus d’intermédiaire dans la résolution des affaires de ce genre. Un véritable imbroglio qui risque d’éclabousser l’Etat.

…Véritable imbroglio

Les choses ne semblent pas être aussi faciles comme l’ont cru les députés de la majorité dont Aymérou Gningue, le président de leur groupe parlementaire. Car, de hautes autorités impliquées dans cette affaire sans pour autant dévoiler de noms, ne veulent surtout pas, pour une raison ou une autre, être citées par la Commission d’enquête parlementaire.

Or que selon le président du Groupe parlementaire Benno Bokk Yakaar (Bby) à l’Assemblée nationale, la procédure est déjà déclenchée pour auditionner Ousmane Sonko dans l’affaire des 94 milliards. Parce que révèle-t-il : « le procureur de la République ne peut pas entendre le leader de Pastef qu’avec une autorisation du bureau de l’Assemblée nationale dans la mesure où il bénéficie, en tant que député, d’une immunité parlementaire».

Publicité
Publicité 1

Une affaire d’Etat

En effet, au moment où cette affaire devrait être gérée par le procureur de la république en ce sens qu’Ousmane Sonko a déjà déposé une plainte dans le bureau de Serigne Bassirou Gueye, les députés de la majorité avec leur président à la tête se sont empressés pour s’autosaisir de l’affaire. Mais, aujourd’hui, si c’était à refaire, ils allaient se garantir de toutes les informations nécessaires. Devant le refus de Sonko de faire face à ses collègues députés, de hautes autorités impliquées dans cette affaire ne veulent pas que les parlementaires citent leurs noms encore moins les convoquer pour audition.

Ainsi, force est de constater que cette affaire est partie pour être un véritable imbroglio qui risque d’éclabousser l’Etat. Ce, par le fait que de hautes autorités y sont impliquées. Au départ, on connait que cette affaire concernait que deux personnes, mais au fur et à mesure l’opinion se rend compte que, de hautes autorités sont aussi concernées dans cette affaire de 94 milliards du titre foncier 1451/R.

Et elle ne peut pas être tirée au clair sans que toutes ces personnalités tapies dans l’ombre ne soient auditionnées. Face à leur refus, il revient au chef de l’Etat d’intervenir.

senegal7

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE