Partager

Le procureur de la République de Valence, Alex Perrin, a annoncé, samedi, que la section antiterroriste du parquet de Paris avait décidé de ne pas se saisir de l’enquête sur l’agression de militaires devant la grande mosquée survenue la veille.

L’homme qui a lancé son véhicule contre des militaires postés devant la mosquée de Valence  (Drôme) aurait agi seul et ne semble pas avoir de liens avec des réseaux jihadistes, a déclaré, samedi 2 janvier, le procureur de la République de Valence, Alex Perrin, au cours d’une conférence de presse.

« Ni arme ni document en relation avec une éventuelle appartenance à un radicalisme religieux ou à des mouvances terroristes » n’ont été retrouvés dans son véhicule, a ajouté le procureur.

Vendredi après-midi, aux abords de la mosquée de Valence, commune du sud-est de la France, entre deux offices, un homme de 29 ans, originaire de Bron, dans la banlieue lyonnaise, a foncé en voiture sur quatre militaires chargés de surveiller l’édifice religieux. Les soldats ont ouvert le feu lors du second assaut de l’automobiliste.

Sérieusement blessé à une jambe et un bras, l’homme a été opéré vendredi soir et son audition ne faisait que commencer samedi au moment de la conférence de presse du procureur en début d’après-midi. Sa garde à vue doit être prolongée, a annoncé Alex Perrin.

« Tuer des militaires parce que les militaires tuent des gens »

Bien qu’aucun élément ne permette de relier l’homme à un réseau quel qu’il soit, le procureur de Valence a évoqué « un lien avec une certaine religiosité » car l’homme aurait proféré « Allah est grand » au moment des faits.
Par ailleurs, « lorsqu’il a été pris en charge par les services de secours, il a tenu des propos assez confus indiquant tantôt qu’il souhaitait tuer des militaires parce que les militaires tuaient des gens […] et, d’autre part, qu’il souhaitait se faire tuer par des militaires », a encore indiqué Alex Perrin.

Une information judiciaire pour « tentative d’homicide sur personnes dépositaires de l’autorité publique » sera ouverte dimanche à Valence.

« On s’interroge pour savoir si c’est un acte prémédité », auquel cas l’information serait requalifiée en « tentative d’assassinat », a précisé le magistrat.

Selon Nicolas Daragon, le maire de Valence, une vingtaine de militaires sont déployés en permanence à Valence, où ils patrouillent entre les lieux de culte et les bâtiments des institutions locales dans le cadre de l’opération Sentinelle.

Avec AFP et Reuters

LAISSER UN COMMENTAIRE