Partager

Le directeur régional de Amnesty International en Afrique de l’Ouest, Alioune Tine, s’est indigné du sort des prisons sénégalaises. Ces dernières ont récemment été secouées par des cas de décès et de grèves de la faim de leurs pensionnaires. «Être en prison est tout simplement une entrave à la liberté.

Vous êtes puni et privé de votre liberté, mais pas des droits fondamentaux. Il faut faire la différence entre la privation de liberté et la privation des droits fondamentaux», souligne-t-il. Avant d’ajouter que «c’est ce qu’on appelle les droits fondamentaux des détenus. Droit à la santé, à l’hygiène, à l’alimentation, à un environnement, au sport… Même l’information n’est pas privée». Suffisant pour que le directeur régional d’Amnesty International se fâche: «les prisons, telles que ça fonctionne au Sénégal, telles qu’on les connait, franchement, c’est une honte pour un pays où il y a la démocratie et l’Etat de droit. Les prisons ne respectent pas fondamentalement la dignité humaine, inhérente à l’homme». 
Senegal7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE