Partager

Alors que son départ à New York ne semblait plus qu’une formalité, Stéphane Badji est encore toujours à Anderlecht. Et il va y rester jusqu’à la fin de la saison. L’intérêt ds Américains a totalement disparu. Même le joueur ne croit plus en son transfert de rêve.

Rappel des faits. Le 31 janvier, le Sénégalais est sur le point de partir à Mouscron pour signer jusqu’à la fin de la saison. Mais Badji hésite. Est-ce que Mouscron est vraiment le bon choix?

Un coup de fil de Patrick Vieira change tout. Le club où il est entraîneur – le New York City FC – est intéressé et veut le louer jusqu’à la fin de la saison. Badji décide d’annuler Mouscron et de tenter l’aventure américaine.

Vu que le championnat américain ne débute que le premier week-end de mars (New York joue à Orlando) et que le mercato ne se referme que dans quelques semaines, rien ne pressait. Mais entre-temps, les choses se sont compliquées. D’abord, son visa ne le permettait pas de partir immédiatement. Puis, les Américains n’ont plus donné signe de vie.

À Anderlecht, Badji ne doit plus trop espérer jouer. René Weiler ne sélectionne plus. Le jeune Doumbia l’a d’ailleurs dépassé dans la hiérarchie. Capel est dans la même situation. Vu qu’il voulait également partir en janvier, il n’est plus dans les dix-huit.

LAISSER UNE RÉPONSE