Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

Le second n’a pas encore officiellement démarré qu’entre vieux alliés, on se comporte maintenant en rivaux. Dimanche dernier, dans l’émission Objection de Sud Fm, Bouna Mohamed Seck, directeur de cabinet de Moustapha Niasse, a annoncé que l’Afp aura un candidat en 2024. Une outrecuidance que, au sein de la majorité, on risque de faire payer cash au parti de Moustapha Niasse. Déjà, il se murmure que, au sein de la majorité, des voix pensent que l’Apr ayant tout donné à Niasse, il est venu le tour du parti au pouvoir d’occuper le perchoir. Le seul écueil étant que le Président de l’Assemblée nationale a été élu pour un mandat de 5 ans, coïncidant avec celui des députés. Sauf que l’on est tenté d’utiliser la méthode forte pour le contraindre à la démission si, de lui-même, il ne prend pas l’initiative du départ. Ce serait un peu le remake du scénario de 2008 avec la majorité libérale de l’époque qui poussa Macky Sall à la démission parce qu’ayant, par le biais de la Loi Sada Ndiaye, ramené le mandat de 5 à 1 an renouvelable. La suite est connue de tous.
L’autre élément de friction, c’est la montée en puissance de nouveaux alliés qui, actionnaires de la victoire de 2019, réclameront plus de parts dans le prochain gouvernement et au niveau des directions générales et autres présidences de conseil d’administration. Ce qui obligera le président de la République à rogner dans le quota des alliés. Ce qui ne sera pas du goût de l’Afp qui, en tout état de cause, ne voudra pas être reléguée au second plan.
senegal7

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE