Partager

Au lendemain de l’attaque revendiquée par l’EI, et qui a coûté la vie jeudi soir à un policier en plein cœur de Paris, sur les Champs-Elysées, l’enquête se concentre sur le profil de l’assaillant, qui a été abattu par la police.

Après l’attaque revendiquée par l’organisation jihadiste État islamique (EI), qui a coûté la vie, jeudi soir, à un policier en plein cœur des Champs-Élysées, à Paris, l’enquête se poursuit vendredi, à deux jours du premier tour d’une présidentielle française placée sous haute surveillance.

Au cours de cette fusillade à l’arme automatique, qui a eu lieu à 21h, deux autres policiers ont été blessés, dont l’un grièvement, tandis qu’une touriste a été plus « légèrement » touchée par balle. L’assaillant, « reconnu » par l’EI, a été abattu par la police.

« L’auteur de l’attaque des Champs-Élysées dans le centre de Paris est Abu Yussef le Belge, et c’est un des combattants de l’État islamique », selon un communiqué publié par son organe de propagande.

Condamné en 2005 à quinze ans de réclusion

Selon des sources proches de l’enquête, l’agresseur abattu est un Français de 39 ans, qui faisait déjà l’objet d’une enquête antiterroriste. « L’identité de l’attaquant est connue et a été vérifiée », a indiqué de son côté le procureur de la République de Paris, François Molins, devant la presse, près du lieu de l’attaque. Mais il s’est refusé à la dévoiler, en raison des nécessités de l’enquête ouverte par le parquet antiterroriste.

L’assaillant était visé par une enquête antiterroriste pour avoir manifesté son intention de tuer des policiers et avait été arrêté le 23 février, avant d’être remis en liberté par la justice faute de preuves suffisantes, selon des sources proches de l’enquête. Il avait déjà été condamné en 2005 à quinze ans de réclusion, pour tentatives d’homicide volontaire sur un policier, un élève gardien de la paix et le frère de celui-ci, en Seine-et-Marne.

Une perquisition a été menée jeudi soir à Chelles, en Seine-et-Marne [département situé à l’est de la capitale] au domicile de l’assaillant, titulaire de la carte grise du véhicule utilisé pour l’attaque. L’homme a semblé avoir agi seul, lors de l’agression, et des investigations sont en cours pour établir « s’il a bénéficié ou pas de complicités », a ajouté François Molins.

« Hommage national »

François Hollande s’est dit « convaincu » que la fusillade était « d’ordre terroriste », promettant d’être d’une « vigilance absolue » pour sécuriser la tenue de l’élection présidentielle, dont le premier tour se tient dimanche. Le chef de l’État a fait part de son émotion envers la famille du policier tué, et a annoncé qu’un « hommage national » lui serait rendu.

Les principaux candidats à la présidentielle, qui se tiendra pour la première fois dans l’histoire de la VeRépublique sous le régime de l’état d’urgence, ont dénoncé l’attentat et apporté leur soutien aux forces de l’ordre. Marine Le Pen, François Fillon et Emmanuel Macron ont annulé leurs derniers déplacements de campagne prévus vendredi.

Après un conseil de défense excepetionnel mené au palais de l’Élysée, avec le garde des Sceaux et le ministre  de l’intérieur, le premier ministre a pris la parole. « Rien ne doit entraver » le bon déroulement de l’élection présidentielle, a-t-il déclaré vendredi, Bernard Cazeneuve.

Au terme de ce conseil de défense à l’Élysée, le chef du gouvernement en a appelé à « l’unité » du pays, qui ne doit selon lui céder ni à l’obscurantisme, ni à l’intolérance.

Avec AFP

LAISSER UNE RÉPONSE