Partager

Apres le verdict rendu par le tribunal correctionnel sur l’affaire Ndiaga Diouf  impliquant le maire de Mermoz Sacré-Cœur qui  a été d’ailleurs condamné par cette  même cour à deux ans de prisons dont 6 mois fermes, la question qui est sur toutes les lèvres est : Barthélémy Dias sera-t-il éligible lors des prochaines élections législatives de 2017.

Certes Barthélemy ne retournera pas en prison mais son éligibilité à l’assemblée nationale sera mise à rude épreuve au-delà même sa carrière politique sera hypothéquée par cette condamnation.

Mais avant même de s’interroger sur la possible mort politique du maire socialiste, il faut préciser qu’il risque de perdre son poste de député à l’assemblé nationale.

En effet, la constitution du Sénégal en son titre VI de l’Assemblée Nationale, article 61 alinéa 7 stipule que : « Le député qui fait l’objet d’une condamnation pénale définitive est radié de la liste des députés de l’Assemblée nationale sur demande du Ministre de la Justice». Si on suit la logique de la loi, Barthélémy Diaz pourrait ne pas terminer son mandat de député. Cependant comme la loi parle de condamnation définitive, on peut considérer qu’on en est pas encore là puisque lui-même rejette sa condamnation en ces termes: «Si j’accepte ce verdict, je serais peut-être liquider à la prochaine députation. Ce procès n’est rien d’autre qu’un vaste complot qui ne dit pas son nom».

Donc pour l’heure, la carrière politique de Barthélémy Diaz est encore suspendue à une décision de condamnation définitive. D’ailleurs il annonce que ses avocats vont interjeter appel de sa condamnation.

S’agissant de son éligibilité au poste de député  pour les prochaines élections législatives de 2017 le règlement de l’assemblée nationale est clair. Il stipule que pour être éligible il faut être :

– âge: 25 ans

– citoyen sénégalais

– accomplissement des obligations militaires

– étrangers naturalisés et femmes ayant acquis la nationalité par mariage: 10 ans après la naturalisation.

Cependant, toute personne est  inéligibilité dans ces conditions :  personnes sous tutelle, personnes ayant fait l’objet d’une condamnation privative du droit d’inscription sur une liste électorale, gouverneurs et leurs adjoints, magistrats des cours et tribunaux, autres hauts fonctionnaires de services nationaux et d’institutions publiques.

Donc il ne faut vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Barthélémy Dias mort politiquement ou pas, l’avenir nous édifiera.

Senegal7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE