Partager

La 31e édition de la Coupe d’Afrique des Nations de football (CAN) bouclée dimanche dernier avec la victoire du Cameroun, place au bilan. S’il y a eu des déceptions, des surprises n’en manquent pas.

Seuls les supporters des Lions indomptables garderont un souvenir inoubliable de Libreville.  Au soir du 05 février 2017, leur sélection nationale a retrouvé le sacre 15 ans après son quatrième trophée continental. Son trophée aura permis à cette édition d’avoir des attaques prolifiques.

66 buts inscrits en 32 matchs

Dans cette Coupe d’Afrique des Nations 2017, 66 buts ont été inscrits en 32 matchs. Une moyenne acceptable comparée à l’édition de 2002 au Mali remportée par ce Cameroun, où 48 buts ont été marqués contrairement à 2004, 2006, 2008, 2010, 2012, 2013 et 2015.

La mauvaise pelouse de Port-Gentil

Tout n’a pas été parfait dans cette Can. Certes, les attaquants ont joué leurs rôles, mais les pelouses ont fait défaut tout au long de la compétition. Celle de Port-Gentil a rendu le jeu compliqué voire difficile en raison de son mauvais état. Pourtant, la Caf voulait à un moment donné suspendre ce stade après le premier tour.

Même si elles avaient des pelouses acceptables, les villes d’Oyem et de Franceville ne recevaient pas assez de supporters. La faute aux stades très éloignés des centres villes.

Le Gabon gâche très vite sa Can

Eliminé dès le premier tour, le Gabon a très vite gâché sa propre Can. Et cette élimination a failli rendre la compétition timide parce qu’on craignait que le public allait déserter les stades. Heureusement que tel n’a pas été le cas. Même si les gradins n’étaient pas tout le temps pleins, il y a avait quand même du monde notamment lors des demi-finales et de la finale.

Le Gabon est devenu le premier pays hôte à quitter la phase de groupes depuis Tunis 1994.

Cameroun et Burkina, les surprises

Si la tenante du titre, la Côte d’Ivoire et les Fennecs d’Algérie ont surpris tout le monde en se faisant éliminer dès le premier tour, ce n’est pas le cas du Cameroun et du Burkina Faso.  Les Lions indomptables ont déjoué tous les pronostics en commençant timidement avant de monter en puissant et finalement soulever le trophée pour la cinquième fois. Pourtant, les problèmes de primes n’ont jamais cessé de secouer la tanière, mais le patriotisme est passé avant tout.

Finaliste en 2013, le Burkina a failli retrouver le même stade de la compétition au Gabon. La bande à Bertrand Traoré a néanmoins décroché une médaille (bronze) après sa victoire devant le Ghana lors de la petite finale. Un petit sacre que personne n’attendait en raison d’un groupe toujours sous coté.

Un des prétendants au titre, le Sénégal a une nouvelle fois connu l’échec même s’il n’avait plus disputé un quart de finale depuis l’édition 2006 en Egypte. Les Lions de la Téranga ont encore surpris.

Mamadou Salif GUEYE

LAISSER UNE RÉPONSE