Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

Depuis sa création en 1974, jamais le Pds n’a aussi été secoué. A l’origine, le boycott de la dernière présidentielle et la gestion jugée solitaire.

Ainsi le parti est dans des eaux troubles, après le boycott de la dernière présidentielle voulu par son fondateur. Des cadres du parti et pas des moindres disent en avoir marre de ce qui se passe dans leur parti. Ils déplorent et dénoncent avec rigueur, selon les sources de Senegal7.com, «la gestion qualifiée de solitaire du Pds, via WhatsApp, depuis Doha, par Karim Wade».

Ce sont des responsables, membres du Comité directeur qui sont montés au créneau et cela risque de mettre le Pds sens dessus dessous.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase…

Publicité 1

C’est le boycott de la présidentielle du 24 février 2019, voulu par Wade qui a plus suscité le courroux des responsables du Pds. Mieux, certains n’ont pas apprécié la sortie de Me Abdoulaye Wade réclamant la destitution de Madické Niang, après que ce dernier a déclaré sa candidature.

Publicité

Ils se sont dits très peinés par la sortie de l’ancien chef de l’État. Car, en tant responsables qui ont été toujours derrière lui, ils regrettent le responsable libéral. A les en croire : «dire que c’est Karim ou personne, on n’a l’impression qu’il n’y a que son fils qui l’intéresse alors qu’un parti, c’est un tout».

Selon ces libéraux Karim «Karim Wade n’a pas été désigné par son père, mais par un congrès. Mais si sa candidature ne peut pas passer, il faut choisir un autre candidat. Mais dire que les élections n’auront pas lieu si la candidature de Karim est rejetée, cela ne fait pas grandir le Pds».

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE