Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

La sortie britannique de l’UE n’aura pas lieu le 29 mars, date prévue depuis deux ans. Reste à fixer la durée et l’objectif du report.Les Britanniques ne voudraient pas sortir de l’Union sans avoir « sécurisé » certains aspects les liant à l’Europe.

Publicité
Publicité 2

À Londres, le Parlement a demandé jeudi un report de l’échéance du Brexit. La motion gouvernementale dans ce sens a été adoptée par 412 voix contre 202. Grâce à celles de l’opposition, puisque 188 conservateurs ont voté contre, dont 18 ministres. Y compris celui en charge du Brexit, Steve Barclay, qui a voté contre le texte qu’il défendait quelques minutes auparavant devant le Parlement en invoquant «une extension réaliste» dans «l’intérêt national». Le Brexit n’aura pas lieu à la date prévue depuis deux ans, le 29 mars, dans tout juste deux semaines. Après avoir répété pendant des mois que ce serait le cas quoi qu’il arrive, la première ministre britannique Theresa May s’est rendue à l’évidence. Faute d’accord de sortie ratifié, faute de consensus pour sortir sans accord, il n’y a plus qu’à reporter l’échéance. Mais pour combien de temps et pour quoi faire? C’est la question sur laquelle s’écharpent désormais parlementaires britanniques d’un côté, et dirigeants européens de l’autre. Le processus de formalisation de ce report va occuper les esprits pendant les deux semaines qui viennent, jusqu’à quelques jours de la date limite prévue à l’origine.

Assane SEYE-Senegal7

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE