Partager

Avocat de l’Etat du Sénégal, Me Baboucar Cissé avait dernièrement laissé entendre que ce sont les avocats de Khalifa Sall qui retiennent leur client en prison. Il ne maîtrise certes pas la stratégie de défense des conseils du maire de Dakar, mais ce qui est sûr, c’est que cette défense ne parle pas d’une même voix. Les 27 avocats de Khalifa Sall ne sont pas tous d’accord sur la stratégie adoptée présentement.

Sur les requêtes déposées sur la table du Doyen des juges d’instruction et qui ont connu un revers au niveau de la Chambre d’accusation, notamment la requête aux fins de mise en liberté provisoire et celle aux fins d’annulation de la procédure, tout le monde n’est pas d’accord. Pour certains, cette procédure, précisément la demande de mise en liberté provisoire, n’est pas pertinente, puisque tout le monde sait qu’en matière de détournement de deniers publics, il faut soit cautionner, soit rembourser, ou alors présenter des contestations sérieuses. Or, Khalifa Sall ne veut pas cautionner, encore moins rembourser et les contestations ne sont pas très solides, «il refuse même de dire qui a bénéficié de cet argent, comment peut-il espérer une liberté provisoire dans ce cas ?», s’interroge ce conseil du maire de la capitale sénégalaise. Pour cette robe noire, Khalifa Sall doit cautionner et aller se battre sur le terrain politique. Après, il fera une campagne de communication pour expliquer aux Sénégalais pourquoi il avait cautionné.

Il n’y a aucune garantie, selon cet autre avocat, que le combat juridique porte ses fruits. «Ce qu’il faut faire, c’est communiquer, tenir des conférences de presse etc, c’est cela qui pourrait être payant», argue cette robe noire. Comme pour le dossier de Karim Wade, cet avocat estime que ceux qui pilotent le dossier doivent beaucoup communiquer. Ce qui est clair, c’est qu’il y a ceux qui pilotent le dossier, ceux qui n’y trouvent aucun inconvénient et ceux qui ne suivent pas et qui agissent en solo. Khalifa Sall, selon certains de ses proches, préfère la communication, mais il ne veut pas frustrer ses conseils.

En tout cas, pour la demande de mise en liberté provisoire, les conseils de Khalifa Sall ont formulé un pourvoi, par contre, les avocats de Mbaye Touré se sont abstenus de le faire.

jotay