Partager
?????????????????????????????????????????????????????????
Le premier président de la Cour suprême a donné, jeudi, à Dakar, les raisons expliquant les nombreux cas de dentitions préventives au Sénégal. Mamadou Badio CAMARA pointe du doigt le nombre limité de juges d’instruction, chargés de vider ces dossiers ».
Venu présider la journée d’étude des magistrats, le chef de la plus haute juridiction donne l’exemple de Dakar, qui à son avis ne comptes que « 10 juges d’instruction ».
En tous cas, cette situation irrite les organisations de défense des droits de l’homme, mais aussi les parents des détenus victimes de détentions préventives et qui sont toujours en attente d’être jugés.