Partager
Publicité Home Page
Publicité 3
Dimanche matin, un Boeing 737 MAX 8 de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines s’est écrasé non loin d’Addis-Abeba (Ethiopie), causant la mort de l’ensemble des personnes à bord. Si les circonstances de l’accident ne sont pas encore connues, l’entreprise Boeing se retrouve critiquée.

157. C’est le nombre de personnes qui ont péri dans le crash d’un avion d’Ethiopian Airlines, dimanche 10 mars dans la matinée. L’accident est survenu peu après le décollage, alors que ce Boeing 737 MAX 8 effectuait une liaison entre la capitale de l’Ethiopie Addis-Abeba et Nairobi, capitale de Kenya. Les circonstances de ce drame sont pour l’instant toujours inconnues, même si la compagnie aérienne a annoncé en fin de matinée avoir retrouvé les deux boîtes noires de l’appareil.

L’ensemble des passagers et passagères sont mort.e.s, parmi lesquel.le.s neuf Français.es, d’où l’ouverture à la fois d’une enquête par le parquet de Paris et d’une cellule de crise par le Quai d’Orsay (01 43 17 51 00). 35 nationalités étaient représentées à bord de l’avion, qui transportait notamment 22 membres de l’ONU. Comme l’explique Le Monde, ceux-ci se rendaient à la conférence annuelle du Programme des nations unies pour l’environnement, qui avait lieu à Nairobi.

Un accident similaire il y a quelques mois avec le même appareil

Dès le décollage, comme le rapporte franceinfo citant une conférence de presse du PDG d’Ethiopian Airlines, le pilote de ce Boeing très récent avait fait part de “difficultés” et avait demandé à rebrousser chemin. Sa demande aurait été acceptée. L’avion disparaîtra finalement des radars, alors même que la météo était normale. Il s’est écrasé dans un champ dans la région d’Oromia, à environ soixante kilomètres au sud d’Addis-Abeba. Le Monde,qui cite un témoin interrogé par l’AFP affirmant que “l’avion était déjà en feu lorsqu’il s’est écrasé au sol”, raconte que l’engin s’est désintégré à l’impact en creusant un immense cratère.

Ce n’est pas la première fois qu’un Boeing 737 MAX, version modernisée du Boeing 737 et nouvelle figure de proue de l’entreprise américaine, s’écrase peu après avoir décollé. Un tel appareil, volant cette fois-ci pour la compagnie Lion Air, s’était abîmé en octobre 2018 dans la mer de Java, tuant 189 personnes. France inter rappelle comment à la suite de ce premier accident, “la communauté aéronautique s’était interrogée sur le manque d’information des compagnies et des pilotes sur son nouveau système anti-décrochage” et comment “la fédération des pilotes américains avait alors mis en lumière un problème d’informations erronées des capteurs d’incidence “qui pourraient être le système causal de l’accident Lion Air””. En somme, un tel dysfonctionnement pourrait “conduire l’ordinateur de bord, pensant être en décrochage, à mettre l’appareil en piqué alors qu’il faudrait au contraire le redresser”.

Journée de deuil national ce lundi

Boeing a annoncé dans un communiqué être “profondément attristé d’apprendre la disparition des passagers et de l’équipage du vol Ethiopian Airlines 302” et que des équipes techniques allaient se rendre sur place pour épauler les enquêteurs de l’Agence éthiopienne de l’aviation civile.

De son côté, Ethiopian Airlines a annoncé avoir immobilisé à terre ses six autres Boeing du même type, et ce “jusqu’à nouvel ordre”. Des compagnies aériennes chinoises ont annoncé faire de même. Ce lundi a été décrété journée de deuil national en Ethiopie afin de rendre hommage aux nombreuses victimes du crash.

Publicité

A civilian takes a photograph of the wreckage at the scene of the Ethiopian Airlines Flight ET 302 plane crash, near the town of Bishoftu, southeast of Addis Ababa, Ethiopia March 10, 2019. REUTERS/Tiksa Negeri
People walk past a part of the wreckage at the scene of the Ethiopian Airlines Flight ET 302 plane crash, near the town of Bishoftu, southeast of Addis Ababa, Ethiopia March 10, 2019. REUTERS/Tiksa Negeri *** Local Caption *** Éthiopie : sept Français dans le crash
Un Boeing 737 d’Ethiopian Airlines s’est écrasé hier, quelques minutes après son décollage d’Addis Abeba, avec à son bord 149 passagers et huit membres d’équipage. Il n’y a aucun survivant. Sept Français font partie des victimes.
Page 2

Les Inrocks

Djily Mbayang Mbaye

 

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE