Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

En fin politique, le Chef de l’Etat Macky Sall qui est le maître du jeu politique trouve toujours une astuce pour amuser la galerie de son opposition encline à lui tenir tête en toute épreuve. Ainsi, après avoir remporté le scrutin présidentiel, le  voilà qui sert encore avec dextérité à son opposition un os à grignoter. C’est à dire le choix du chef de l’opposition. Une agitation qui n’aura fait qu’exacerber d’avantage les rapports jusqu’ici sereins entre membres de l’opposition.

Publicité
Publicité

Alors que l’opposition ne s’est pas encore remise de son second tour dont elle rêvait tant lors du scrutin présidentiel du 26 février dernier, le président Macky se délectait déjà de sa victoire avec un score de 58,26%.Ce faisant, il a aussitôt agité l’idée du choix du chef de l’opposition devant  ses adversaires qui étaient obligés de soupeser leurs suffrages et autres artifices pouvant leur permettre de s’arroger ce statut. Pour preuve, Ousmane Sonko qui est arrivé troisième après Idy   a exprimé son souhait d’être le chef de l’opposition. Du côté des Rewmistes, c’est inexorablement leur leader qui devrait incarner cette posture. Et au niveau de l’opinion publique Sénégalaise, les supputations allaient  bon train. Si le ministre de la Justice Ismaila Madior Fall table sur Idrissa Seck pour le choix du chef de l’opposition, il n’en est pas ainsi pour le député de la Cedeao. En effet selon Abdoulaye Wilane, le chef de l’opposition ne pourrait être que Wade. Quant à Momar Seyni Ndiaye, analyste politique, le chef de l’opposition devrait revenir à un cacique  de la trempe de Wade en raison de son parcours exceptionnel. Du coup, le président Macky aura réussi à cristalliser  les membres de l’opposition autour de ce statut qui continue de faire grand bruit. Et ce, pour mieux les ferrer en  perspectives des  prochaines élections locales.

Assane SEYE-Senegal7

 

 

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE