Partager
ANNONCE

Cheikh Ahmed Tidiane Sy Al-Makhtoum un exemple dans la communauté Tidijan, de par ses qualités d’homme saint. De son père khalifa Ababacar Sy, le Khalif incarne le mystique comme son homonyme, le sceaux de la tarikha tidijan, le mystère comme son père. Ainsi, il se résume en cette phrase : « Le courage, un mouvement hardi et spontané qui nous fait oser de grande chose qui nous précipite au-devant d’un péril avec la ferme révolution de le convaincre ou d’y succomber, mais avec honneur ». La preuve, à 16 ans seulement, il publie son premier livre : « les vices des marabouts ».

Sa jeunesse, silhouette frêle. Sous Senghor, il a fait la prison, deux fois même.

Le politicien, le cultivateur, le commerçant, le transporteur, l’industrielle, le mécanicien, l’ambassadeur. En un mot, Serigne Cheikh savait travailler, savait gagner sa vie, savait faire de la politique, savais cogiter pour gagner. Il arrêta la politique parce que son père, Serigne Fallou Mbacké le lui avait demandé.

Ami de tous les khalifs, fils de tous les khalifs, mais surtout de Mame Abdoul Aziz Sy DABAKH.

La fidélité est l’une des particularités indéfectibles de l’homme religieux. Ses rapports avec son feu ophtalmologue en est un exemple. Après la mort de ce dernier, le marabout ne veut plus jamais se détacher de ses lunettes que lui avec prescrit le médecin. C’est comme une manière d’immortaliser  l’ophtalmologue malgré sa myopie presque aveuglante. Même boutiquier, mêmes boisson, même parfumerie, même…, même…et même encore.

Le khalif général des tidijans est, dit-on, en retrait spirituel.

Longue vie à vous, notre guide spirituel !

ANNONCE

LAISSER UN COMMENTAIRE