Partager

Près d’une semaine après les attentats qui ont frappé la cité balnéaire de Grand-Bassam, le 13 mars, un collectif d’artistes ivoiriens s’est réuni pour dire non au terrorisme.

« En Côte d’Ivoire, on est debout, jihadistes on n’a même pas peur ! » Un message fort en symboles du groupe baptisé « Collectif Bassam » adressé aux jihadistes d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ayant revendiqué l’attaque terroriste du 13 mars.

Et c’est sur la plage même de Grand-Bassam, où 19 personnes sont tombées sous les balles des terroristes, que les chanteurs ont tourné le clip. Parmi eux, des têtes d’affiche de la scène musicale ivoirienne, avec entre autres le chanteur de coupé-décalé Abou Nidal, L’Enfant Siro, Paul Madys ou encore Betika.

Zouglou, coupé-décalé, rap

Tous portent un t-shirt sur lequel est mentionnée l’inscription « Même pas peur » aux couleurs de la Côte d’Ivoire. Les artistes dansent, entourés par du public, se serrent la main, enchaînent les accolades, entre coupé-décalé, zouglou et rap. Une démonstration de force et d’unité qui vise à refuser la peur, la terreur et la division.

Si l’ambiance est festive, les paroles de chanson, qui abordent les thématiques de la radicalisation et de la religion, débordent de véhémence à l’adresse des jihadistes.

« Tu ne veux pas voir des femmes nues, mais tu fais quoi sur les plages ? À cause de 70 vierges, tu tues des innocents », affirme L’Enfant Siro, avant de prophétiser : « Tu n’iras pas au paradis. »

Abou Nidal, lui, évoque l’islam, « une religion de paix, d’amour, de pardon et de tolérance ». Il cite un verset du Coran : « Ne tuez pas la personne humaine car Dieu l’a déclarée sacrée » et rappelle que le prophète Mahomet « n’était pas un terroriste ».Le clip a globalement été très bien accueilli. Nombreux sont les internautes qui remercient les artistes et félicitent l’initiative. D’autres regrettent nénamoins l’absence de références aux victimes. Des critiques auxquelles les artistes n’ont pour le moment pas répondu.

LAISSER UNE RÉPONSE