Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

La présidente sud-coréenne, Park Geun-Hye, a quitté le palais présidentiel dimanche matin, deux jours après avoir été destituée par la Cour constitutionnelle en raison d’un scandale de corruption.

Une page se tourne en Corée du Sud : la présidente sud-coréenne, Park Geun-Hye, a quitté le palais présidentiel dimanche matin, deux jours après avoir été destituée par la Cour constitutionnelle. Park Geun-Hye a quitté la Maison bleue pour rejoindre sa résidence privée dans le sud de Séoul, où des centaines de partisans étaient rassemblés pour protester contre la décision de la haute juridiction, selon l’agence Yonhap.

Des images diffusées en direct par la télévision sud-coréenne ont montré une limousine de couleur noire quittant la Maison Bleue, palais de la présidence, escortée par des dizaines de policiers à moto. « La présidente Park Geun-Hye vient de quitter la Maison Bleue pour sa résidence privée. Aucune déclaration n’a été faite à son départ », a déclaré un porte-parole de la présidence, Kim Dong-Jo. Quelque 800 policiers ont par ailleurs été mobilisés pour éviter des violences, après des manifestations de partisans et opposants de la présidente qui ont fait trois morts lors d’échauffourées avec les forces de l’ordre les jours précédents.

Publicité
Publicité 2

Une élection présidentielle le 9 mai ?

La Cour constitutionnelle avait confirmé vendredi la destitution de Park Geun-Hye, votée en décembre dernier par l’Assemblée nationale, entraînant son départ effectif du pouvoir. Les juges ont estimé que Mme Park avait enfreint la loi en permettant à sa confidente secrète, Choi Soon-Sil, de se mêler des affaires de l’Etat et qu’elle avait contrevenu aux règles de la fonction publique. Première présidente démocratiquement élue à être destituée, Park Geun-Hye était depuis cloîtrée dans la Maison bleue, alors que des employés effectuaient des travaux dans sa résidence privée et la nettoyaient.

La confirmation de sa destitution la prive de tous ses pouvoirs et privilèges, sauf en matière de sécurité. La perte de son immunité l’expose à d’éventuelles poursuites judiciaires. Une élection présidentielle doit être organisée dans les 60 jours suivant la décision de la cour. Des médias locaux ont avancé le 9 mai comme date la plus probable pour le scrutin.

Avec AFP

Publicité
Publicité

Warning: A non-numeric value encountered in /var/www/vhosts/senegal7.com/httpdocs/wp-content/themes/Newsmag/includes/wp_booster/td_block.php on line 353

LAISSER UN COMMENTAIRE