Partager
Supporters of Ivory Coast's former first lady, Simone Gbagbo, celebrate in front of her residence in the riviera neighbourhood of Abidjan holding a poster with Gbagbo's portrait as they wait for her release from prison on August 8, 2018. Ivory Coast's president granted Simone Gbagbo an amnesty. She has spent seven years behind bars for her role in a wave of political violence that claimed several thousand lives in 2010-11. The amnesty of around 800 persons is done in the name of national reconciliation. / AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO
Publicité

Amnistiée par le président Alassane Ouattara, l’ex-première dame a regagné sa résidence à Abidjan, où l’attendaient ses sympathisants.

L’ex-première dame de Côte d’Ivoire Simone Gbagbo a été libérée, mercredi 8 août, après avoir été amnistiée par le président Alassane Ouattara, a indiqué à l’AFP son avocat Blédé Dohoré.

A lire aussi: Suivez en Direct la sortie de prison de Simone Gbabo

Simone Gbagbo, 69 ans, a quitté l’école de gendarmerie, où elle était détenue depuis sept ans, vers 12 h 15 pour regagner sa résidence du quartier de Cocody, à Abidjan, où l’attendaient un millier de sympathisants en liesse. Au son des tambours et des chansons, une foule bariolée a acclamé l’ex-dame de fer ivoirienne, qui devait s’adresser au public plus tard dans l’après-midi.

L’amnistie de 800 personnes, dont Simone Gbagbo et plusieurs figures de l’ancien régime du président Laurent Gbagbo, a été annoncée lundi par le président Ouattara, afin de favoriser la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire.

Publicité

Libre en Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo reste poursuivie par la Cour pénale internationale (CPI), qui a délivré contre elle un mandat d’arrêt en février 2012. Mais le président Ouattara a affirmé en 2016 qu’il « n’enverrait plus d’Ivoiriens » à la CPI, estimant que son pays avait désormais une « justice opérationnelle ».

Lemonde.fr

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE