Partager

Une mutinerie est menée par les forces spéciales ivoiriennes. Des tirs ont été entendus ce matin à Adiéké, localité dans le sud-est du pays, près de la frontière avec le Ghana.

Selon Bbc, la raison du soulèvement est le paiement des salaires. Il survient seulement un mois après celui des éléments de l’armée basés à Bouaké.

Selon un habitant d’Adiake interrogé par la BBC, les premiers coups de feu ont été entendus vers 7 heures du matin obligeant tout le monde à rester à chez eux.

« Les écoles et les entreprises sont restées fermées », a également signalé le témoin.

Les forces spéciales ivoiriennes, un détachement d’élite, rarement vu en public est pourtant réputé être loyal au gouvernement.

« Ce soulèvement est une surprise. Les forces spéciales n’ont jamais rejoint la mutinerie orchestrée par la majorité de l’armée qui réclamait le paiement de leurs primes le mois dernier », a déclaré la source.

Les médias ivoiriens ont révélé que les forces spéciales accusent leur commandant, le général Lassina Doumbia, de retenir leurs primes quotidiennes pour la garde de la frontière voisine avec le Ghana.

Les autorités militaires et le gouvernement ne se sont pas encore prononcés. Joint au téléphone, le porte-parole du Gouvernement ivoirien dit ne pas être au courant de cette affaire.