Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

Le quotidien américain The New York Times a fait de nouvelles révélations sur le crash de cet appareil qui a provoqué la mort de 157 personnes. Apparemment, la presse américaine a déjà eu vent des premières indications données par les boîtes noires.

Publicité
Publicité

Le pilote du Boeing 737 Max d’Ethiopian-Airlines a demandé dès le décollage un retour de l’avion sur la piste. L’appareil accélérait à une vitesse anormale. Pierre Julien, spécialiste aéronautique pour RTL, explique que « la fuite proviendrait de l’autorité fédérale du transport aérien », tandis que les boîtes noires continuent d’être décryptées dans le bureau d’enquêtes et analyses de l’aéroport du Bourget près de Paris.D’après les informations connues, le commandant de bord a signalé un problème une minute après avoir décollé. Comme on le sait, les radars montrent que le 737 Max est « beaucoup trop bas ». Après deux minutes, l’avion atteint une altitude plus normale, et le pilote indique qu’il va poursuivre sa montée jusqu’à 14.000 pieds (4260 mètres).Mais les contrôleurs remarquent alors que le bi-réacteur vole étrangement, à la manière de « montagnes russes », montant de 200, puis 300 mètres avant de redescendre, et ce à une vitesse trop élevée. Ils demandent des explications à l’équipage et sont interrompus par le commandant de bord complètement paniqué, qui leur hurle « Break, break. Demande retour à la maison. Demande guidage pour atterrir », ce qui prouve qu’il ne comprend pas ce qui arrive. Le 737 accélère ensuite au-delà des limites. Puis après une dernière ressource, le nez vers le ciel, l’avion entame son piqué mortel.

Assane SEYE-Senegal7

Partager

 

 

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE