Partager

Ousmane Sonko, inspecteur des Impôts et Domaines, par ailleurs responsable du parti plitique Pastef avait décrié la gestion du pays par le régime en place. Aujourd’hui, c’est un autre haut fonctionnaire, magistrat de surcroit qui remet ça. Il a élargi les vannes ouvertes par Ousmane Sonko, rendant ainsi la plaie largement ouverte. Et demain, à qui  le tour ?

 

Ousmane Sonko ouvre le bal

 

Ousmane Sonko, le patron du parti Pastef avait décrié la gestion du pays par le régime en place. Pour lui, ceux qui disent que le pays est sur la voie de l’émergence ont tort car 70% des retombées économiques tirées de nos ressources sont encore au profit de l’étranger. «  L’émergence ne saurait se justifier par la construction de trois immeubles à Diamniadio» dira-t-il.
L’ancien fonctionnaire de l’Etat de déplorer les « paroles démagogiques» du régime et de rappeler le rôle principiel de l’opposition qui est, selon lui, « de signaler les trains qui n’arrivent pas à l’heure».

Il regrettera, par ailleurs,  l’incapacité pour l’Assemblée Nationale de mettre en place une commission d’enquête parlementaire pour fouiller dans cette affaire Franck Timis dans lequel est impliqué le petit frère du chef de l’Etat, Aliou Sall.

  1. Sonko charge le gouvernement et maintient ses propos sur la cession des contrats pétroliers. «Il n’y a pas eu de réponse. Le Premier ministre s’est levé, a fait des gestes pour donner la parole au ministre chargé des Mines qui n’était pas dans ses éléments. Et je peux dire que c’est l’un des rares compétents et honnêtes de l’autre côté, qui s’est livré à un exercice de rappel historique d’abord, sur le bloc de Sangomar où le pétrole a été découvert et sur ceux de Saint-Louis pour le gaz. Il y a eu des cascades de cessions. Et nous maintenons ce que nous avons dit dans l’affaire Petro Tim qui est cousue de fil blanc. C’est de la magouille sur le dos du peuple sénégalais », martèle le président de Pastef Les patriotes.

Il poursuit que «Frank Timis, doit rendre les 30% au peuple sénégalais et payer les impôts. Toutes les autres transactions de cette nature qui ont été faites sur les blocs de Sangomar et de Saint-Louis doivent être recherchées en paiement d’impôts. Si le ministère des Finances et la Direction des impôts ne font pas ce qu’ils doivent faire jusqu’à la date de prescription, ils seront personnellement responsables de cette situation. Tout ce qu’ils disent sur le pétrole et le gaz est nébuleux», réagit Ousmane Sonko.

Au moment où cette sortie qui a valu la radiation de l’enfant de Bignona de la fonction publique, une autre encore plus fracassantes dit-on, et venant d’un magistrat met à nu les tares de la Justice Sénégalaise.

 

Le magistrat Ibrahima Hamidou Déme remue la plaie

Le magistrat Ibrahima Hamidou Déme, Substitut Général à la Cour d’appel de Dakar a démissionné du Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Il a adressé une lettre en date du 1e février 2017, dont Seneweb détient copie, au président de la République, président du Conseil supérieur de la magistrature, Macky Sall.

 

«La justice traverse aujourd’hui une crise profonde»

Poursuivant, le magistrat fait remarquer au président de la République que “la justice traverse aujourd’hui une crise profonde, étroitement liée au manque de transparence dans le choix des magistrats. Ainsi constate-t-on un traitement de certaines affaires, qui renforce le sentiment d’une justice instrumentalisée et affaiblit considérablement l’autorité des magistrats”. “Bien évidemment, la vitrine de la justice ne doit pas être une magistrature sous influence, mais plutôt une magistrature indépendante et impartiale, démontrant constamment dans ses décisions, que la justice est exclusivement au service de la vérité”, indique le Substitut Général.

Ibrahima Hamidou Déme a tenu à expliquer au président de la République qu’en décidant de lui expliquer les motivations de sa démission, il a voulu en appeler “non seulement au président du Conseil supérieur de la magistrature, mais surtout au chef de l’Etat qui, au regard des dispositions de l’article 42 de la Constitution, est le garant du fonctionnement régulier des institutions”.

«Dans le même ordre d’idées, la justice étant rendue au nom du peuple, celui-ci doit également être informé, du discrédit d’une institution constitutionnelle si essentielle pour la survie de notre démocratie», conclut-il.

 

En effet, avec cette série de révélations tous azimuts des hauts fonctionnaires dénonçant les manquements graves dans l’administration Sénégalaise, il n’est pas exagéré de se poser la question à savoir à qui le tour demain ?

LAISSER UNE RÉPONSE