Partager

Ça y est, les tout premiers drones taxis subiront leurs premiers vols dès cet été à Dubaï, capitale du petit pays de 4000 km2, les Émirats arabes unis.

On assiste, à distance, à une petite révolution que l’on ne voyait jusqu’à présent que dans les films de science-fiction.

Le drone taxi (c’est le meilleur terme pour désigner ce type d’engin) est de conception chinoise, un fabricant de petits drones vidéo appelé Ehang. L’Ehang 184 est le premier véritable drone (ou véhicule aérien autonome) pour transporter un passager de manière complètement automatisée. Le client n’a qu’à entrer son adresse géolocalisée à l’écran du Ehang 184 pour faire atterrir le drone taxi, monter à bord, indiquer sa destination. Le guidage automatisé géré par un centre de navigation effectue le reste, jusqu’au paiement.

Le ministère RTA (Roads and Transport Authority) vient de donner son aval au déploiement du projet qui, si tout va bien, entrera en service en juillet cette année.

Vers 25% de déplacements autonomes

La direction du pays convoite le grand projet de faire de Dubaï la ville la plus «intelligente» au monde avec pas moins du quart des déplacements par des moyens autonomes d’ici 2030.

Conçu pour voler 30 min et voler à la vitesse de 160 km/h, le véhicule aérien autonome est équipé de huit moteurs électriques montés par paire. En cas d’ennuis, des points d’atterrissage sont préprogrammés sur le territoire. L’Ehang 184 pèse 250 kg, son poids maximal en charge avec passager est de 360 kg. Son altitude maximale est de 3000 pi.

Toutes les communications entre le centre de contrôle et le drone taxi s’effectuent par liaisons cellulaires 4G LTE.

Chose certaine, aucune chance d’être coincé dans le trafic avec ce genre d’appareils.

C’est un début ! Uber y songe auss

LAISSER UN COMMENTAIRE