Partager
ANNONCE

Membre de la Conférence des leaders de Benno siggil Senegaal et leader de l’Union pour la démocratie et la réforme (Udr/Doley yakaar), MANSOUR NDIAYE a donné son point de vue sur le discours du chef de l’Etat. «Ce discours est révélateur de ce qu’on veut faire comprendre par la force des choses aux Sénégalais, mais la réalité tonne plus que ce qu’ils disent. A la quête d’un second mandat, la transhumance est érigée sans vergogne en règle. Le pays n’avance pas globalement, l’acte 3 a jeté un désordre au sein des terroirs, l’écart se creuse entre le littoral et l’intérieur, les indicateurs de développement humain sont en dégradation, le chômage s’accentue sans réponse véritable, l’industrialisation n’est pas des meilleurs. Je m’attendais à un appel au sursaut national à quelque mois de la fin de son mandat».

Mon analyse en trois moments :
•       Le président semble être dans une «ruse politique» se traduisant par une rhétorique répétitive sur son programme qui a tellement été retouché qu’il est difficile de lui trouver un cadrage stable. En différents moments et lieux, il dit la même chose avec des variantes. Ce qui jette le flou dans la conscience des Sénégalais. Macky est le Président le plus «rusé» usant de «yoyo politique» même à l’endroit du peuple. Entre ses promesses de campagne, le yonou yokouté, le PSE, les promesses des conseils des ministres décentralisés et ses bilans, les Sénégalais ne se retrouvent pas. Dans ce sens, nous avons mis en place  un groupe d’experts, avec d’autres formations politiques, pour évaluer selon des critères scientifiques le cortège de promesses qu’il a eu à faire à tout bout de champ au peuple sénégalais.
•       Le «brouillard institutionnel» continue ! il vient de réaffirmer ses propres choix sur les points de réforme dans le rapport de la CNRI et parle de «consensus». Il a choisi ses points de référendum, les autres points qui  le fâchent et que la classe politique et la CNRI ont proposé, sont occultés (être Président et chef de parti, la réforme en profondeur de la justice avec le conseil supérieur de la magistrature, la protection des libertés individuelles, le juge des libertés, le cumul des fonctions et mandats, etc.). Ce qui est surprenant c’est le fait de réserver la date des élections à lui seul et à son camp. Cela me semble déplacé pour quelqu’un en qui son peuple a fait confiance. Cet acte est un acte anti-démocratique. Une réforme doit être consensuelle et il faut que le Président apprenne à discuter avec la classe politique. Il doit respecter l’opposition parlementaire et celle qui est en dehors du parlement.
•       J’aurai souhaité un Président qui dise la VERITE à son peuple ! la beauté de ses chiffres et données avancés par le président jette la suspicion et m’amène à me poser la question sur la crédibilité de ces données macroéconomiques. Quand le Président dit de la couverture sanitaire que 600 mutuelles de santé sont constituées et donc fonctionnelles,  j’ai sursauté ! C’est plus que le nombre de mutuelle dans le secteur de la microfinance du pays. Cette information est fausse. Qu’en est-il de la croissance ? des chiffres avancés sur l’autosuffisance en riz si l’on sait que les pertes agricoles sont entre 15 et 20% des surfaces emblavées pour les récoltes de riz passées.

 Mansour Ndiaye, Président (Udr/Doley yakaar)

ANNONCE

LAISSER UN COMMENTAIRE