Partager

Aux gares Lat Dior et Petersen de Dakar, des transporteurs en commun saluent les dix mesures annoncées par l’Etat dans la lutte contre les accidents de la route, mais s’inquiètent du suivi de ces décisions.

Rencontrés samedi matin à la gare de Petersen, des transporteurs en commun se retrouvent dans les 10 mesures prises par l’Etat du Sénégal pour faire face aux accidents de la route. Abdou Diop, chauffeur de ‘’Ndiaga Ndiaye’’, adhère aux dispositions et invite le gouvernement à mettre l’accent sur le suivi des mesures qu’il ambitionne d’appliquer. ‘’C’est important parce que, dit-il, l’Etat doit accompagner le processus, aller au-delà des effets d’annonce. Sur la route, certains chauffeurs ont des comportements qui méritent d’être sanctionnés.’’

‘’La vie humaine est sacrée. Maintenant, au Sénégal, les accidents de la route sont récurrents. C’est comme si on les banalisait’’, fulmine le jeune chauffeur. Avant de souligner que l’Etat n’a pas les moyens de surveiller chaque conducteur de véhicule sur la route. Ainsi, pour éviter les dérives routières, Abdou Diop insiste auprès de ses collègues pour qu’ils fassent preuve de plus de ‘’responsabilité’’ et de ‘’rigueur’’ sur la route.  ‘’C’est une question vitale. Parce qu’il faut respecter la vie des clients. Ils sont des parents, des soutiens de famille etc.’’, embraye-t-il, assis près de ses deux camarades qui l’écoutent attentivement.

Hormis le comportement des chauffeurs qu’ils incriminent de façon unanime, ces trois conducteurs déplorent l’état ‘’défectueux’’ des routes. A leurs yeux, ces dernières sont ‘’accidentogènes’’. ‘’Donc, l’Etat doit travailler à construire des routes praticables’’, glissent-ils. Ailleurs à Lat-Dior, le constat est le même. Les propos recueillis auprès des chauffeurs interrogés recoupent ceux d’Abdou Diop et Cie. Conducteur de ‘’car rapide’’, Moussa Fall est affecté par la recrudescence de ce phénomène qu’il condamne. ‘’La décision de l’Etat est venue à son heure. Malheureusement, ici au Sénégal, les gens n’ont pas la culture de faire le suivi des mesures qu’ils prennent’’, se désole-t-il. Avant de signaler que les accidents de la route sont liés à plusieurs phénomènes. Il s’agit de l’indiscipline, de l’intolérance, de la précipitation, de l’état des véhicules et des routes, etc.

Face à la recrudescence des accidents de la circulation qui causent beaucoup de pertes en vies humaines, le ministère des Transports a pris, la semaine dernière, dix mesures qui, dit-on, vont être appliquées sans délai. Elles sont relatives à l’immobilisation et la mise en fourrière de tout véhicule en circulation que le propriétaire n’a pas présenté à la visite sans motif valable, à l’expiration du délai de la visite technique ; aux réparations à effectuer sur le véhicule ; aux opérations de mutation de Dakar vers les régions pour les véhicules de transport public interurbain de voyageurs et de marchandises (elles sont suspendues à titre provisoire sur tout le territoire national), etc.

LAISSER UN COMMENTAIRE