Partager

VIDÉOS – Ce nouveau décret, qui remplacera le précédent, récemment suspendu par la justice, sera «tout à fait conforme», a promis le président américain, lors de sa première conférence de presse en solitaire à la Maison-Blanche, jeudi.

Donald Trump a une nouvelle fois adopté un ton offensif, ce jeudi, pour sa première conférence de presse en solitaire à la Maison-Blanche. Le Républicain s’est d’abord exprimé en solitaire pendant près de quarante minutes. Le temps pour lui de faire un état des lieux du pays. «J’ai hérité d’une situation chaotique», s’est-il plaint. Il a ensuite répondu pendant environ une heure aux questions des journalistes, évoquant les soupçons de collusion de la Russie, la «malhonnêteté» de la presse, et son nouveau décret sur l’immigration. Le milliardaire a également nommé Alexander Acosta comme secrétaire au Travail.

● Un nouveau décret migratoire

Donald Trump va remplacer «la semaine prochaine» son décret interdisant provisoirement aux ressortissants de sept pays musulmans d’entrer aux États-Unis, a-t-il annoncé. Cette nouvelle version sera «tout à fait conforme» à la décision de la justice, qu’il a jugée «très mauvaise». «Nous pouvons ajuster le décret à cette décision et obtenir ce qu’on souhaite, peut-être même plus, d’un certain point de vue», a promis le président.

Contesté en justice par l’État de Washington, le décret du 27 janvier avait été suspendu à l’échelle nationale par le juge James Robart de Seattle. Sa décision avait ensuite été confirmée par la cour d’appel de San Francisco, mais l’un de ses membres avait demandé un nouvel examen dans le cadre d’une procédure appelée «en banc». Jeudi, le ministre de la Justice a demandé à la cour d’appel l’abandon de la procédure sur le décret anti-immigration de Donald Trump. «Plutôt que de poursuivre ce litige en justice, le président a l’intention d’abroger son décret et de le remplacer par un nouveau, grandement révisé», ont écrit les avocats du gouvernement dans un mémorandum transmis à la cour.

A lire aussi: Un ancien amiral refuse de devenir conseiller à la sécurité nationale de Trump

Le président s’en est pris avec virulence à la presse américaine qu’il juge «malhonnête». «Beaucoup de journalistes ne vous diront pas la vérité», a-t-il accusé. «La presse est devenue si malhonnête que si nous n’en parlons pas, cela dessert énormément le peuple américain. Le niveau de malhonnêteté des médias est hors de contrôle», selon le milliardaire. «La plupart des médias à Washington, New York et Los Angeles ne parlent pas pour le peuple mais pour les intérêts particuliers et pour ceux qui profitent d’un système cassé de manière très, très évidente», a-t-il lancé. De nombreuses joutes verbales ont d’ailleurs eu lieu avec Jim Acosta, le correspondant de CNN à la Maison-Blanche, avec lequel il s’était déjà accroché à la mi-janvier.

 

● Aucune collusion avec la Russie

Plusieurs fois interrogé sur d’éventuels contacts répétés l’an dernier entre son équipe de campagne et le renseignement russe, Donald Trump a formellement démenti ces informations qui, selon lui, ont été «fabriquées pour compenser la défaite des démocrates, et la presse joue le jeu». Il a indiqué avoir rencontré certains de ses proches «qui seraient soi-disant impliqués dans tout ça et ils ne savent rien. Ils n’étaient pas en Russie. Ils n’ont jamais passé de coup de fil à la Russie. Ils n’ont jamais reçu d’appel téléphonique». Quant à son sujet, il a affirmé ne rien posséder en Russie. «Je n’ai pas de prêt en Russie. Je n’ai aucun accord en Russie. Je n’ai rien à voir avec la Russie», a-t-il martelé.

● Flynn «faisait juste son travail»

Évoquant la démission de son conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn, Donald Trump a assuré qu’il «faisait juste son travail», en évoquant les sanctions contre la Russie dans des discussions avec l’ambassadeur russe à Washington fin décembre. «La seule chose, c’est qu’il ne l’a pas dit convenablement à notre vice-président et qu’ensuite, il ne s’en est pas souvenu», a précisé le Républicain.

En parallèle, le président a demandé au ministère de la Justice de se pencher sur «les fuites criminelles» qui ont conduit à cette démission. «Ces fuites sont le fait de gens dans les agences et je pense que vous verrez que cela va cesser parce que maintenant nos gens sont en place», a-t-il affirmé. Le milliardaire s’est également plaint de la publication d’informations concernant ses appels avec les dirigeants du Mexique et de l’Australie sur des appareils sécurisés.

 

Donald Trump a aussi évoqué Paul Manafort, son ex-directeur de campagne. Ce dernier avait démissionné moins de trois mois avant le scrutin du 8 novembre. La cause: des révélations selon lesquelles il aurait été payé par le gouvernement ukrainien prorusse de Viktor Ianoukovitch. «Il représentait le gouvernement ukrainien mais tout le monde le savait. Il n’avait rien à voir avec la Russie», a-t-il justifié.

● Alexander Acosta nommé secrétaire au Travail

Donald Trump a annoncé le successeur d’Andrew Puzder au poste de secrétaire au Travail. Ce PDG d’une chaîne de fast-food a été contraint de retirer sa candidature mercredi, après avoir été recalé par le Sénat. «Il a un diplôme de l’université de droit d’Harvard. Super étudiant. Il a eu une formidable carrière. Nous venons juste de discuter et je pense qu’il sera un formidable ministre du Travail», a indiqué le président. Né en 1966 à Miami, Acosta est actuellement doyen de la faculté de droit de l’université Florida International de cette ville du sud-est des États-Unis. Cet ancien banquier chez Lehman Brothers, la banque d’affaires dont la faillite avait déclenché la crise des subprimes en 2008, est le premier hispanique de l’administration Trump.

 

Source

LAISSER UNE RÉPONSE