Partager
ANNONCE

Terreur des lutteurs de sa génération, Elton, qui a récemment battu Tyson 2, tarde à décrocher un combat. Sans langue de bois, il a dénoncé le favoritisme dans l’arène et la discrimination faite chez les lutteurs. Car, dit-il, il ne peut pas comprendre que des lutteurs qui sortent de victoire passent des années sans lutter, alors que ceux qui croulent sous les défaites sont toujours sur le devant de la scène.

Invisible depuis sa victoire sur Tyson 2, Elton de l’école de lutte Balla Gaye donne signe de vie. Le Bulldozer de Guédiawaye piaffe d’impatience de redescendre dans l’arène. Il travaille dur pour y arriver. «On s’entraine dans de bonnes conditions avec Balla Gaye 2. Mon souhait est de décrocher un contrat avant la fin de la saison, car j’ai des fourmis dans le guimb, mais les offres de combat se font très rares», a confié Elton, hier, au bout du fil.
«Lutter, c’est tout ce que je veux»
Victime de deux années blanches après sa défaite devant Pakala, le vainqueur du Claf de 2009 avait du redescendre d’un cran pour tendre la perche à Tyson 2, de l’écurie Tay Shinger. Un combat où il n’a fait qu’une bouchée du poulain d’Eumeu Sène. Depuis lors, plus rien. Il court désespérément derrière un combat. «Il m’est difficile de trouver les raisons de cette situation. Je crois avoir fait mes preuves dans ce sport. Moi, je suis un compétiteur et je souhaite redescendre dans l’arène pour montrer aux amateurs que j’ai toujours mon mot à dire. Lutter, c’est tout ce que je veux», explique le partenaire de Balla Gaye 2, l’air dépité.

«Il y a un favoritisme et de la discrimination dans l’arène»
Pourtant, Luc Nicolaï, par le biais de Mbaye Diagne, avait pris contact avec lui pour un duel contre Forza, mais que nenni. «Il n’a plus montré signe de vie. Moi, je suis prêt. Si on me donne une avance, demain, je lutte. Que tous les lutteurs sachent que je suis prêt pour Forza», ajoute-t-il. Elton de dénoncer le favoritisme dans l’arène et la discrimination faite chez les lutteurs. Le favoritisme est une réalité dans la lutte sénégalaise. Les lutteurs de certaines écuries de Dakar ont bien souffert de cette réalité blessante. «Je ne peux pas comprendre que des lutteurs qui gagnent des combats peuvent rester deux ou trois ans sans lutter, alors que ceux qui croulent sous les défaites se taillent la part belle des combats. Ils luttent chaque année. Il y a problème et je n’y comprends que dalle. Ce n’est plus du sport», peste-t-il avant d’ajouter : «Nous sommes des soutiens de famille qui se battent et rester des années sans lutter est difficile pour nous. On est obligé de se taper quelques boulots de gauche à droite pour tenir».

«Mon corps réclame Tapha Tine, le trouillard, Boy Niang est une grande gueule»
Des difficultés qui d’ailleurs l’avaient poussé à vouloir arrêter la lutte. «Pour dire vrai, j’ai failli tout foutre en l’air (Demoona bay xaadi). A un moment donné de ma carrière, j’ai pensé tout arrêter. Cela ne vaut pas la peine de s’entrainer très dur pour ne pas compétir. La lutte, c’est mon job, je veux l’exercer comme il faut», indique-t-il. Elton de vider son sac en ces termes : «maintenant, la lutte a changé de façon très inquiétante. Seuls dix lutteurs s’affrontent entre eux. Où va cette discipline ? Ça doit changer pour le bien de cette discipline». Malgré tout, il espère renouer avec les chaudes ambiances de l’arène. Le bulldozer de Guédiawaye est toujours prêt à démolir tout sur son passage. Tapha Tine est son adversaire numéro un sur la liste. Battu par le géant de «Baol Mbollo» en 2011, il affirme que c’est un duel qui s’impose. «Les amateurs et mon corps le réclament. Il doit donc accepter le défi», glisse Elton. Ce dernier de secouer Tapha Tine qu’il traite de trouillard. «Il fait tout pour m’éviter. On a un contentieux à régler, car le premier duel s’était soldé sur une décision médicale, il est temps de clarifier certaines choses. Mais comme c’est un poltron, il refuse. Moi, je ne vais pas lui tordre le bras pour lutter, car des gosses l’ont humilié tout récemment», affirme le tombeur de Bismi Ndoye. Comme pour narguer Tapha Tine, Elton assène qu’il ne représente rien à ses yeux. Il veut le prendre pour juste l’arranger. «S’il veut, c’est bon, s’il ne veut pas, on fait avec. Je ne vais pas en faire une obsession. Comme il a la trouille, il doit ranger son guimb et aller faire autre chose».

«Aucun problème avec Balla Gaye 1, c’est notre père»
Boy Niang en a pris pour son grade aussi. Le lutteur de Guédiawaye traite le fils de De Gaulle de grande gueule. «Boy Niang parle trop, il a une grande bouche. Il ne paie rien pour attendre», martèle-t-il. Poursuivant, il enfonce le clou : «Il a défié Balla Gaye et lorsque Sa Thiès a battu Ness, il l’a fermé pour de bon. Cela veut dire que tout est calcul dans la lutte et que ce ne sont plus les lutteurs, les acteurs majeurs de ce sport. Il n’y a dans l’arène que des lutteurs businessmen et des promoteurs businessmen. Et cela me met hors de moi». Interpelé sur les propos de son mentor Balla Gaye 1, qui n’avait pas hésité à les tacler pour avoir fui l’école de lutte Balla Gaye, Elton minimise et réitère son ancrage dans cette structure. «C’est notre père et on se connait bien. Parfois, il nous lance des piques et c’est normal, nous sommes ses produits et ses enfants. Il n’y a aucun problème, l’école de lutte nous appartient. D’ailleurs, bientôt on va reprendre le travail à l’école, car Balla Gaye 2 et Less 2 ont des combats», dit-il.

«Balla Gaye 2 est de loin meilleur que Gris»
Concernant le combat Balla Gaye 2-Gris Bordeaux, Elton prend position pour son ami et compagnon d’écurie. A l’en croire, le Lion de Guédiawaye est de loin meilleur que le Fassois. «Il n’y a pas photo entre Balla Gaye 2 et Gris Bordeaux. Il est de loin meilleur que lui et sur tous les plans. C’est une certitude», dit-il. Cela est d’autant plus vrai qu’il indique revoir le Balla Gaye des années 2010 qui avait fait fureur dans l’arène. «Je le côtoie tous les jours et ce qu’il fait me rassure. La victoire sera avec nous s’il plait à Dieu».

les echos

ANNONCE

LAISSER UN COMMENTAIRE