Partager

Faut-il être naïf pour croire qu’un morceau de papier règlerait instantanément, la question de la submersion migratoire de l’Europe ?

En dépit de l’adoption de l’accord de dupes octroyé sans barguigner, à Ankara, par l’impotent Jabba le Hutt1 bruxellois, concernant les immigrants, lors du dernier sommet du 7 mars dernier (entériné par le Conseil européen des 17 et 18 mars), ces derniers continuent d’affluer par vagues incontinentes sur nos côtes, à commencer par celles de la Grèce. Dimanche 20 mars, premier jour de l’entrée en vigueur dudit accord, des centaines d’immigrants continuaient d’inonder les îles grecques de l’Égée (20 Minutes, 21 mars), pour la plupart afghans, syriens et irakiens.

Faut-il être naïf pour croire qu’un morceau de papier règlerait en quoi que ce soit et instantanément la question, lancinante entre toutes, de la submersion migratoire de l’Europe ? Le Babel européo-mondialiste qui manqua de peu d’être frappé par la foudre islamique, ce funeste 22 mars, a, depuis longtemps, délibérément fait le choix de son impuissance. Comme l’écrit le juriste et historien Christophe Réveillard, « l’Union européenne assume le fait d’être restée ce qu’elle est devenue pendant la guerre froide, un objet et non un sujet géopolitique. […] Dépassée par les nouveaux défis internationaux, elle ne peut s’engager […] à disposer des moyens de la puissance coercitive, lehard power » (Conflits, HS n° 2, p.50).

En substance, il ressortait de ce sommet que tout immigrant nouvellement arrivé de Turquie dans les îles grecques serait renvoyé en Turquie, sauf à ce qu’il ait déposée une demande d’asile auprès des autorités grecques. En outre, la Turquie, pourtant moult fois vilipendée pour ses atteintes régulières aux « droits de l’homme » par les institutions européennes, s’est vue reconnaître le statut de « pays tiers sûr », ce qui permettra à l’administration hellène de renvoyer les immigrants irréguliers vers la Turquie, laquelle s’engage à « leur accorder la protection qu’ils demandent ».

On se gausse, d’autant que la Sublime Porte, pays pleinement souverain à la vitalité identitaire en ébullition, fera comme elle l’a toujours entendu à l’intérieur de ses frontières. Ainsi aura-t-elle toute latitude pour reconduire (sans ménagement aucun) à la frontière turco-syrienne ces immigrants indésirables, sans crainte du courroux de la Commission européenne ou de l’ONU.

L’Italie et la Grèce sont les deux portes d’entrée de l’Europe avec respectivement près de 154.000 et 885.000 arrivées en 2015 (Le Monde, 16 février), la Turquie devant faire face, depuis le début de l’année, aux flots continus de près de dizaines de milliers d’immigrants, tandis qu’on ne dénombre pas moins de 130.000 personnes se déversant en Europe par la Méditerranée en 2016 (Le Monde, 1er mars).

On devine la suite. Ankara, cheval de Troie de Washington, devient désormais incontournable et apparaît comme la seule digue (fantoche) face au tsunami migratoire provoqué par « Mutter Merkel ». Le président Erdoğan n’a, évidemment, pas fait preuve de philanthropie dans cette affaire. Non content d’avoir arraché une aide de 3 milliards d’euros pour « gérer » ces afflux allogènes, il a réactivé le processus de négociation en vue de l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, dont la libre circulation des ressortissants turcs à l’intérieur de l’Union constitue le préalable.

L’Union européenne se vend à la découpe à une Turquie conquérante.

b.voltaire.fr