Partager
ANNONCE

En Floride, au siège du commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom), Donald Trump a assuré lundi 6 février que les Etats-Unis et leurs alliés vaincraient les « forces de mort et de destruction » que représente l’EI, sans toutefois donner de détails.

Dans sa brève intervention, le président des Etats-Unis a une nouvelle fois mis en garde les membres de l’Otan qui sont en retard sur leurs contributions :

« L’Amérique sera toujours aux côtés de ceux qui se battent pour la liberté. Nous vous soutiendrons toujours, mais cela signifie que nos alliés doivent payer leur part. Car c’est très injuste pour nous. Certes nous soutenons l’Otan, tout ce que nous demandons, c’est que tous les membres paient leur quote-part, ce que beaucoup ne font pas. Aujourd’hui, j’adresse un message très clair et uni, aux forces de la mort et de la destruction : l’Amérique vous battra, comme nous vaincrons le terrorisme issu de l’islam radical. Nous ne lui permettrons pas de s’implanter dans notre pays. Vous suivez ce qui se passe depuis quelques jours. Nous avons besoin d’une politique dure, pour que les gens qui nous aiment, et sont prêts à aimer notre pays, puissent entrer. Mais pas ceux qui veulent nous détruire et détruire notre pays ».

L’intervention de Donald Trump devant les officiers du centre de commandement des forces spéciales fut très brève ; brève et elliptique sur sa stratégie contre le groupe Etat islamique.

Il est vrai que Donald Trump n’a pas encore le mémo sur la lutte anti-terroriste, demandé au Pentagone. Il sera prêt à la fin du mois. En attendant, le président des Etats-Unis exploite les filons qui l’ont conduit à la Maison-Blanche, l’exacerbation de la peur, et la théorie du complot.

« L’EI met en place un génocide dans le monde entier. Les terroristes de l’islam radical sont déterminés à nous attaquer chez nous, comme ils l’ont fait le 11-Septembre, à Boston, ou San Bernardino. Et partout en Europe. Vous avez vu ce qui s’est passé à Paris et Nice. Nous sommes arrivés à un point où ce n’est même plus raconté dans les journaux. Très souvent, la presse, très malhonnête, ne veut pas en parler », a déclaré Donald Trump.

La « malhonnêteté » des journalistes est un thème récurrent des interventions de Donald Trump.

ANNONCE

Deux instituts le créditaient ce lundi des pires sondages jamais obtenus par un président récemment élu : autour de 45% d’opinions favorables seulement.

Le président Trump a une explication : tout sondage négatif est faux. C’est ce qu’il a posté sur les réseaux sociaux. « Tous les sondages négatifs sont de fausses informations, comme les sondages de CNN, ABC, NBC lors de l’élection », a écrit Donald Trump lundi matin sur Twitter.

Any negative polls are fake news, just like the CNN, ABC, NBC polls in the election. Sorry, people want border security and extreme vetting.

ANNONCE

LAISSER UN COMMENTAIRE