Partager

Après l’échec de la démarche de la Maison Blanche devant les tribunaux, le décret du président Trump sur l’immigration est inapplicable. L’administration a plusieurs options pour une contre-offensive que Donald Trump annoncera la semaine prochaine, ainsi qu’il l’a dit lors de sa conférence de presse avec Shinzo Abe.

Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

Certes, l’administration a été désavouée par les tribunaux, mais le dossier n’est pas clos. Le président Trump a quatre options. Il peut retourner devant le juge Robart dans l’Etat de Washington, ou devant la cour d’appel de San Francisco. Ce sera cette fois la cour au complet, une dizaine de magistrats, qui devra statuer. Il peut porter le dossier devant la Cour suprême, ou présenter un nouveau décret. Une option n’excluant pas l’autre.

Donald Trump n’oublie pas ceux qui l’ont porté au pouvoir. D’après un sondage, 42% des Américains attendent des mesures aux frontières, et surtout 80% des républicains soutiennent leur président.

De nouvelles mesures en préparation

« Notre pays restera sûr, car la sécurité est la raison essentielle de ma présence ici. Les électeurs ont pensé que j’étais le meilleur sur la sécurité, a expliqué Donald Trump. Nous allons agir très vite, nous allons prendre de nouvelles mesures, dans le même temps nous continuons devant les tribunaux, et nous allons gagner », a-t-il ajouté.

En attendant, c’est tout le décret immigration qui est rejeté, les interdictions de visas, et l’entrée des réfugiés ayant déjà été approuvés. Mais plusieurs autres mesures sont en préparation, comme l’obligation pour les demandeurs de visas de fournir les mots de passe permettant d’accéder à leurs réseaux sociaux ainsi qu’une plus longue liste de pays, dont les ressortissants seraient soumis à ce que le président Trump appelle « un contrôle extrême».