Partager

La sociologue Fatou Sow Sarr, directrice du Laboratoire genre de l’institut fondamental d’Afrique noire (Ifan) de l’université de Dakar a estimé que la mesure relative au statut de l’opposition se heurte à l’absence de reconnaissance du droit à la contestation comme en témoigne l’arrestation d’Oumar Sarr n°2 du Parti démocratique sénégalais (Pds).

Invitée de l’émission politique Objection de la radio Sud fm (privée) hier, dimanche 3 janvier, Fatou Sow Sarr a déploré l’arrestation d’Oumar Sarr n°2 du Parti démocratique sénégalais (Pds). Interpellé sur l’annonce du renforcement des droits de l’opposition et de son chef par Macky Sall, lors de son discours du nouvel an, la directrice du Laboratoire genre de l’Ifan a indiqué que cette annonce du chef du président de la République se heurte à l’incarcération du numéro 2 des libéraux.

«Reconnaitre le statut de l’opposition, c’est lui reconnaitre son droit à la contestation. À mon avis, c’est inacceptable dans une démocratie avancée comme celle du Sénégal, que quelqu’un comme Oumar Sarr soit, aujourd’hui, en prison parce qu’il est le chef de l’opposition. La mise en pratique du principe de reconnaissance du statut de l’opposition et de son du chef favorisera des rapports plus apaisés entre pouvoir et opposition».
Sud Quotidien

LAISSER UN COMMENTAIRE