Partager
ANNONCE

Interpellé ce jeudi à l’Assemblée nationale sur les dépenses du FESMAN, le ministre de la Culture et de la Communication, Mbagnick Ndiaye, a expliqué aux députés que l’Inspection générale d’état (IGE) travaillait sur le sujet. Sauf que les vérificateurs ont déjà établi que des errements financiers devant motiver l’ouverture d’une information judiciaire avaient été notés dans ladite gestion.

Aussi insolite que cela puisse paraître, l’IGE a fait ces découvertes après saisine de…Me Abdoulaye Wade. Tout commence lorsque l’ancien Président de la République est informé d’une mission que la Cour des comptes prévoyait de mener à la Délégation du Fesman. Pour bloquer la mission en cours, Wade anticipe et actionne l’Ige en sachant que le rapport qu’elle produira lui sera exclusivement destiné. Conséquence: la Cour des comptes abandonne sa mission pour ne pas gêner l’Ige. Mais ce que l’ancien Chef de l’état n’avait pas calculé, c’est qu’il allait perdre le Pouvoir et que le rapport qui sanctionnera cette mission de l’Ige sera sur la table de son successeur.

A côté des faits déjà connus après la publication du rapport public de ce corps de contrôle, Libération a appris que les vérificateurs ont fait des révélations inédites. En violation des règles comptables, des prestataires du Fesman ont été ainsi directement payés en espèces pour des montants exorbitants. Pire, Wade en personne est apparu comme un acteur principal du Fesman, en choisissant des… entreprises devant effectuer des travaux (cas de Loum Diagne), tout comme en se constituant ordonnateur et exécutant de dépenses, même étrangères à cette manifestation, pour un montant total de six milliards quatre cent vingt-cinq millions huit cent trois mille six cent quarante-six (6 425 803 646) francs CFA.

Comme nous l’écrivions, dans le cadre de la réalisation des deux (02) sites d’hébergement des festivaliers, le Président de la République de l’époque a acquis, à titre personnel, à partir de ressources publiques, un terrain sis à Ngor d’une superficie de cinq mille quatre cent trente-cinq (5.435) mètres carrés, pour un montant d’un peu plus d’un milliard (1 000 000 000) de francs CFA. Cette transaction faites par chèque de Loum Diagne déposé chez le notaire Patricia Lake Diop a également été marquée par des irrégularités fiscales, les droits d’enregistrement, la taxe sur la plus-value immobilière et les pénalités pour dépôt tardif n’ayant pas été acquittés, pour des montants respectifs de cent soixante-dix-sept millions trois cent sept mille quatre cent quarante-neuf (177 307 449) francs CFA, cent soixante-quatorze millions trois cent soixante-douze mille cinq cent quarante-neuf (174 372 549) francs CFA et quatre-vingt-quatorze millions six cent vingt et un mille sept cent vingt et un mille (94 621 721) francs CFA.

Des sources renseignent que l’ancien Président a d’ailleurs été redressé par le Fisc et c’est en toute discrétion qu’il est passé à la caisse après avoir transigé. Il s’y ajoute que des transactions suspectes ont été opérées dans le cadre de la réalisation des sites d’hébergement des festivaliers. Le montant global des surfacturations s’y rapportant a été estimé par un expert commis par l’IGE, à cinq milliards quatre cent soixante millions neuf cent trente-trois mille quatre-vingt-neuf (5 460 933 089) francs CFA.

Les principaux responsables impliqués dans de telles irrégularités financières et comptables ont, de façon générale, affirmé avoir agi sur instructions de…Wade. Par ailleurs, nous faisions cas de créances impayées que réclament des ressortissants français et américains qui ont même saisi leurs ambassades. Selon nos informations, ces impayés sont estimés à 1,76 milliard de FCfa. C’est dire que le FESMAN qui aura coûté 105 milliards au finish alors que le budget initial était de 5 milliards, n’a pas encore fini de révéler ces secrets.

Libération

ANNONCE

LAISSER UN COMMENTAIRE