Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

La société civile africaine prend à bras-le-corps la lutte contre les flux financiers illicites (FFI). Ce fléau est en train de décimer les Etats africains. Un panel de haut niveau sur les FFI en provenance d’Afrique avait estimé, en 2015, que le continent noir perdait au moins 50 milliards USD par an du fait de cette pratique. Aujourd’hui, les experts de la société civile africaine évaluent ces pertes à près de 70 milliards USD (41 mille milliards FCFA), soit plus du double de l’aide publique au développement que l’Afrique reçoit. Pour éradiquer le fléau, la société civile africaine ne lâche pas du lest. Après avoir gagné le pari de mobilisation au tour du problème et la collecte de l’information concernant les sommes d’argents déplacées illicitement, elle compte passer à la prochaine étape. « Gagner la lutte contre les flux financiers illicites en provenance d’Afrique : quelle est la prochaine étape ? », est d’ailleurs, le thème choisi par « TrustAfrica » pour le panel de deux jour ouvert, ce mardi à Dakar. Il s’agit, selon Coumba Touré, membre du Conseil d’administration de « TrustAfrica », « d’élaborer des stratégies pour lutter contre ce fléau ». Pour elle, la Société civile doit mettre la pression sur les gouvernants pour avoir l’information réelle sur les flux illicites d’argents. « Ce sont des pertes énormes et ces sommes pourraient aider à construire des écoles, des hôpitaux… », affirme-t-elle. Une idée qu’elle partage avec les autorités du ministère de l’Économie des Finances et du Plan du Sénégal. « Ce sont autant de ressources qui sont perdues et qui auraient pu servir à financer les plans et les programmes de développement de nos pays », a déclaré Oumar Diallo qui a présidé la cérémonie d’ouverture du Panel au nom du ministre Amadou Ba. 
Selon M. Diallo, « le rapatriement des ressources sorties du continent à travers les flux financiers illicites reste un très grand défi ». De son côté, l’Etat du Sénégal joue sa partition pour endiguer le fléau, rassure l’agent du ministère des Finances. « Le gouvernement du Sénégal a pris les mesures idoines pour relever les défis au niveau national. Il joue un rôle actif au sein des comités économiques régionaux notamment l’Uemoa et l’Union africaine pour que le continent puisse arrêter la saignée », renseigne Oumar Diallo.

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE