Partager

Une élection n‘est jamais gagnée d’avance. Cela, il faut que les postulants à la magistrature suprême se le tiennent pour dit. Le Président sortant commence à égrener son chapelet de réalisations. Après le joyau de l’arène de lutte de Pikine, c’est au tour de Dakar Arena d’être inauguré, hier, mercredi. Cerise sur le gâteau, le Train Express Régional est en passe d’entrer en gare. Et la promesse d’un stade olympique en 2020 vient conforter la victoire du Chef de l’Etat en 2020.Mais une victoire incertaine dans un Sénégal où tout va mal.

Il suffit de jeter un regard lucide sur les dernières élections législatives, pour comprendre que le pouvoir de Macky, ne serait guère en bonne posture, pour espérer décrocher la victoire de la prochaine présidentielle, dès le premier tour. L’enjeu aura été de taille car avec l’emprisonnement de Khalifa Sall, la bataille de Dakar aura bel et bien lieu. S’y ajoute les résultats des  dernières législatives, avec le ballotage entre les coalitions Benno Bokk Yaakaar (Bby), Manko Taxawu Senegaal et Wattu Senegaal. D’ailleurs, nombre de Dakarois contestent cette victoire de Benno sur la capitale alors que Khalifa bien qu’emprisonné était crédité victorieux. Il avait obtenu  186321 voix et devancé  de 107859 voix par Benno qui avait à son actif 294 180 voix. Si le pouvoir estime pouvoir bénéficier de l’électorat dormant du maire de Dakar emprisonné, c’est indubitablement  manquer de respect à ceux qui ont porté l’édile de la capitale à la tête de la ville de Dakar. Egalement, il ne suffira pas de mettre un redoutable adversaire politique entre quatre murs pour espérer bénéficier aussi trivialement de son électorat. Ce serait d’ailleurs très naïf de croire à de tels mirages. Ainsi, après avoir sorti de terre l’arène de lutte de Pikine, ensuite le stade   multifonctionnel de Diamniadio  et  le Train Express Régional en passe de rallier Dakar Diamniadio, le Président Macky se donne bonne conscience en promettant aux jeunes sans emploi, un stade olympique de 50 000 places en 2020.Une manière à lui d’anticiper « sa victoire » en 2019 grâce probablement au système de parrainage dont il est le seul à  maitriser les secrets  de son applicabilité. En tous les cas, face à un bilan peu reluisant et au goorgorlou aux avoirs amoindris, le Chef de l’Etat semble en déphasage avec les véritables préoccupations des sénégalais. Ce qui ne l’empêche guère de proclamer « sa gagne » d’avance lors  du prochain scrutin présidentiel.  Avec en appoint, mille inconnues dont il est sûr qu’il ne pourrait résoudre les équations. Un second tour reste cependant un passage obligé si tenté est que l’élection présidentielle de 2019 se déroule de manière transparente, libre et démocratique. Et cela,le Chef de l’Etat mieux que quiconque.

Assane SEYE-Senegal7

 

senegal7.com