Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

La suppression du poste de Premier Ministre n’est pas forcément rejetée car elle pourrait à bien des  égards, faire économiser beaucoup de milliards, mais  aussi et surtout apporter une certaine célérité dans l’exécution des tâches ministérielles. Cependant, l’agenda du Chef de l’Etat est tellement chargé qu’il lui   est quasi-impossible de concentrer l’essentiel des pouvoirs du Pm entre ses mains. Ce serait une hypertrophie qui ne saurait se justifier ni susciter des résultats probants.

Publicité
Publicité 2

La suppression du poste de Premier Ministre continue de faire couler beaucoup d’eau sous les ponts. En effet, les avis sont diversement appréciés sur cette option du Chef de l’Etat qui miserait sur le Fast-Track pour satisfaire les exigences des Sénégalais. Certes, l’intention serait très noble mais les contingences de la vie nous ont toujours enseigné que pour développer un pays, on n’en fera jamais assez pour y parvenir. Il  s’gira tout simplement de poser des actes importants   à inscrire dans la continuité de manière à permettre aux générations à venir d’en profiter et de les  améliorer. Les fonctions de Président de la République sont tellement  chargées qu’aucune autre charge ne pourrait s’y greffer. Et si la présidence de la République fait office de réceptacle de tous les services de la primature, on risque d’assister pour sûr à une concentration de tous les pouvoirs entre les mains du Chef de l’Etat. L’on ne sait si c’est pour des calculs politiques ou pour assainir la gestion des affaires courantes entre la tutelle et les départements ministériels, mais la suppression du poste de PM pose beaucoup plus de problèmes qu’il n’en résout. Reste à savoir si ce feuilleton ne va tourner en dérision les cinq ans qui restent à gouverner au Chef de l’Etat. Car, en fin stratège, l’on ne sait jamais ce que le président Macky  compte faire avec cette nouvelle donne.

Assane SEYE-Senegal7

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE