Partager

Au Vatican, le pape François a reçu ce lundi matin Paul Kagame. Une première pour le chef d’Etat du Rwanda qui n’avait jamais rencontré un pape depuis son accession au pouvoir en 2000. Une visite importante au cours de laquelle le souverain pontife a demandé pardon pour le rôle tenu par l’Eglise et certains de ces membres pendant le génocide.

Avec notre correspondant au Vatican, Olivier Bonnel

Les mots sont forts. « Le pape a manifesté sa profonde douleur, celle du St-Siège et de l’Eglise pour le génocide contre les Tutsis » peut-on lire dans le communiqué du Vatican. Lors de sa rencontre avec Paul Kagame, François a exprimé sa solidarité avec les victimes et ceux qui continuent à souffrir des conséquences de ces tragiques évènements, en lien avec ce que Jean-Paul II avait fait lors du jubilé de l’an 2000.

Le pape polonais avait à l’époque imploré le pardon de Dieu pour ces crimes. Et le pape François aujourd’hui fait une démarche similaire : le communiqué du St-Siège explique que le pape argentin « demande pardon pour les péchés et les manquements de l’Eglise et de ses membres, parmi lesquels des prêtres, des religieux et des religieuses qui ont cédé à la haine, et qui ont trahi leur mission évangélique ».

Le pape espère enfin que, dans la dynamique de l’année de la miséricorde de l’an dernier, cette reconnaissance humble des manquements de l’Eglise puisse aider à « purifier la mémoire » et permette de renouveler la confiance au Rwanda, pour que chacun œuvre au bien commun. François tend la main au président rwandais pour regarder l’avenir sous un jour nouveau.

Rfi

LAISSER UNE RÉPONSE