Partager
ANNONCE

Le service de navigation virtuelle de Google est désormais opérationnel dans les principales villes du Sénégal. Celui-ci devient le premier pays francophone d’Afrique subsaharienne a être couvert par cette technologie.

Se perdre dans les ruelles historiques de Saint-Louis, remonter la corniche de Dakar jusqu’au monument de la Renaissance africaine, ou encore arpenter les principaux sites de l’île de Gorée ? Tout cela est désormais possible depuis chez soi ou où que vous soyez, grâce à Google street view.

Lancé la semaine dernière, le célèbre service de navigation virtuelle de Google, qui permet aux utilisateurs de se déplacer dans l’espace et de visionner l’environnement à 360 degrés, couvre les grandes villes du Sénégal − Dakar, Saint-Louis, Thiès, Touba, Kaolack… − et les principaux axes routiers du pays.

 

ANNONCE

Plusieurs pays africains anglophones, comme le Ghana ou l’Afrique du Sud, étaient déjà couverts par cette technologie. Le Sénégal est en revanche le premier pays francophone d’Afrique subsaharienne « accessible » avec Google street view.

Un outil de promotion touristique

Disponible dans une quarantaine de pays à travers le monde, ce service du géant américain de l’internet n’en suscite pas moins les critiques de nombre d’utilisateurs, qui le considèrent comme une nouvelle atteinte à la vie privée et à la protection des données personnelles.

Plusieurs polémiques dans différents pays ont ainsi poussé Google à flouter le visages de personnes et de plaques d’immatriculation de véhicules, ou à retirer certaines images personnelles visibles dans Street view.

De leur côté, les autorités sénégalaises entendent surtout s’en servir comme d’un nouveau moyen de promotion touristique. À en croire Jumia travel, plateforme spécialisée dans la réservation d’hôtels sur le continent, qui a récemment publié une étude sur le sujet, le secteur du tourisme est d’ailleurs en nette progression au Sénégal : 1,5 millions de touristes auraient selon elle visité le pays de la Teranga en 2016 contre 984 000 en 2015.

ANNONCE

LAISSER UN COMMENTAIRE