Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

Le cri du cœur lancé hier par le représentant de 150 policiers de Ziguinchor qui réclament 9 mois d’indemnités journalières d’opération(Ijo) estimées à 101 250 000 Fcfa n’est en fait que la face visible de l’iceberg. En vérité, un malaise profond règne dans la Police parce que certains éléments, notamment de la Bnse et de la Dst, sont favorisés en matière d’indemnités tandis que d’autre ont  vu leurs crédits téléphoniques revus drastiquement à la baisse, passant de 60 000 à 6 000 Fcfa.

En cette période de vaches maigres, un trou de 75 000 Fcfa par mois, dans les revenus d’un policier qui a un salaire moyen, ne peut qu’être ressenti. Il est question de 9 mois d’arriérés d’Indemnités Journalières d’Opération (Ijo) estimées à une enveloppe globale de 101 250 000 Fcfa. Selon nos sources, cette affaire n’est que l’arbre qui cache la forêt. En vérité, il y a un profond malaise qui s’est installé dans la Police sur cette question, depuis quelques temps. D’après nos sources, sous Wade, les éléments de renseignement bénéficiaient de 60 000 Fcfa de crédit téléphonique par mois pour les appels locaux et de 25 000 Fcfa pour les appels internationaux. Aujourd’hui, ceux de la Brigade nationale de Sûreté de l’Etat (Bnse) et de la Direction de la Sûreté du Territoire (Dst), qui dépendent du Ministère de l’intérieur, ne perçoivent plus que six mille (6 000 Fcfa) mensuellement pour le téléphone .Ils ont le moral dans les bottes. Une frustration d’autant plus grande que certains de leurs collègues affectés à la Délégation nationale des renseignements (Dnr), dirigée par l’Amiral Farba Sarr où sont logées la Direction Générale des renseignements intérieurs (Dgri, commandée par un policier) et la Direction Générale des renseignements extérieurs (Dgre, coiffée par un officier supérieur militaire), sont grassement payés. En effet, la Dnr dépend de la Présidence de la République. D’après nos sources, ses agents bénéficient d’indemnités mensuelles allant de 200 000 Fcfa à 250 000 Fcfa, compte non tenu de 100 000 Fcfa de crédit téléphonique et des bons de carburant.

Publicité
Publicité

La police parle de blocages au Trésor 

Joint au téléphone, un officier de Police renseigne sous l’anonymat que l’autorité est sensible et consciente de la situation et promet de la résoudre incessamment. D’après lui, quelques difficultés au niveau du Trésor seraient à l’origine des arriérés de 9 mois. Quoi qu’il en soit, l’Etat devrait veiller à mettre nos forces de sécurité dans de meilleures conditions de travail. Il y va de la stabilité au pays.

Assane SEYE-Senegal7

 

 

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE