Partager

Le gouvernement rwandais a licencié 198 officiers de la Police nationale impliqués dans une affaire de corruption, a-t-on appris lundi de source officielle.

Expliquant ces licenciements intervenus la semaine dernière, le commissaire adjoint à la police (CAP) Theos  Badege a déclaré lundi lors d’une conférence de presse que les fautes auxquelles les suspects sont liés sapaient les valeurs fondamentales de la force et vont à l’encontre de la politique nationale.

Selon Badege cité par Apanews, la transparence, la responsabilité, la sauvegarde de l’Etat de droit et l’intégrité, entre autres valeurs fondamentales, doivent définir la conduite professionnelle de chaque agent de police tout en servant efficacement les populations.

« La lutte contre la corruption, que ce soit au sein de la force ou dans d’autres institutions, reste forte. Le slogan est le même, pas de pitié pour un officier corrompu, ce qui signifie un licenciement automatique », a martelé Badege.

Ces officiers congédiés par l’administration Kagame, sont de différents rangs et grades et ont été renvoyés pour diverses pratiques déloyales et d’inconduite.

Parmi les personnes licenciées figurent un surintendant de la police, quatre inspecteurs en chef de la police, 23 inspecteurs de police et 38 inspecteurs adjoints de police, 65 sous-officiers et 67 agents de police.

Le CAP Badege a déclaré que la plupart d’entre eux étaient impliqués dans des affaires de corruption sous la forme de sollicitation de pots-de-vin, un acte qui conduit à un licenciement automatique en vertu de la réglementation de la police rwandaise.

Il a ajouté qu’un processus d’enquête équitable avait été mené contre les agents en question avant que ceux-ci soient licenciés.

« Le processus est censé examiner et épuiser chaque cas pour être sûr que l’officier impliqué a commis l’infraction », a-t-il expliqué.

Selon les statistiques de la RNP, l’année dernière seulement, près de 200 personnes ont été arrêtées pour avoir donné des pots de vin aux policiers tandis que 80 membres de la force ont été impliqués dans ces malversations.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE