Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

Un véritable «K» comme son nom Karim. Le fils de l’ancien chef de l’Etat du Sénégal qui risque de se retrouver en prison, s’il foule le sol Sénégalais, et dont la candidature à la prochaine présidentielle semble être hypothéquée, eut égard à sa peine d’emprisonnement, même ayant obtenu la grâce présidentiel, constitue un véritable cas pour le chef de l’Etat candidat à sa propre succession.
Récemment, le chef de l’Etat, depuis la France avait laissé entendre qu’en cas de victoire au soir du 24 février prochain, il va amnistier Karim Wade. Aujourd’hui, après un premier avis, le groupe de travail de l’Onu conteste la condamnation de Karim Wade. L’Etat du Sénégal dispose de six mois pour se conformer auxdites recommandations. Donc, après la présidentielle prévue le 24 février 2019.
La condamnation de Karim Wade contestée
Le Comité des droits de l’homme de l’Onu conteste la condamnation de Karim Wade par la Crei. L’information est donnée par Me Amadou Sall : «le comité des droits de l’homme des Nations Unies vient de décider que « …. une procédure permettant une révision effective et substantielle de la déclaration de culpabilité (de Karim Wade) est exigée et doit permettre d’évaluer les éléments de preuve et de faits et non se borner à une révision limitée aux aspects de droit. La déclaration de culpabilité et de condamnation (de Karim Wade) …doit être réexaminée conformément aux dispositions du paragraphe 5 de l’article 14 du pacte international relatif aux droits civils et politiques ».
Et enfin le comité « enjoint l’Etat du Sénégal de veiller à ce que des violations analogues ne se reproduisent plus à l’avenir».
Ce qui signifie en clair selon Me Sall que «la décision du Comité ôte toute sa valeur et toute sa portée à l’arrêt de la CREI. Cet arrêt n’a plus le caractère définitif invoqué par les autorités sénégalaises. Il impose un réexamen des faits reprochés à Karim Wade et des preuves fournies par lui. La base de la tentative de sa radiation des listes électorales s’est effondrée».
L’Etat se braque contre la décision du Groupe de travail de l’Onu
L’Etat du Sénégal n’est pas tenu d’appliquer à la lettre la décision du Comité des Droits de l’homme des Nations Unies. En effet, dans un communiqué, le ministre de la Justice, Pr Ismaïla Madior Fall explique qu’aucune décision, émanerait-elle des Nations Unies, ne peut prendre le dessus sur celles des instances nationales.
«Le Comité n’a pas le pouvoir d’annuler et n’a donc pas annuler la décision du 23 mars rendue par la Crei.» Et d’ajouter : «D’ailleurs, le Comité n’est pas une instance juridictionnelle, mais plutôt un comité d’experts indépendants dont les décisions sont dénuées de toute force obligatoire. En conséquence, il ne rentre pas dans ses attributions de réformer les décisions rendues par les juridictions nationales», a informé le Pr Fall.
Donc, en termes clairs, le ministre explique que «le Sénégal n’a pas varié dans sa position qui a été déclinée par le Président Macky Sall, affirmant que Wade-fils serait mis en prison s’il s’évertuait à franchir les frontières sénégalaises».
Toutefois, les autorités étatiques mettent de l’eau dans leur vin puisqu’ils ont promis de prendre en compte les recommandations des experts. Elles disposent de six mois pour se conformer auxdites recommandations.
Donc, après la présidentielle de 2019, prévue le 24 février 2019.
senegal7

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE