Partager

Les populations de Bakhody, village situé dans le département de Saraya (région de Kédougou), ont étalé leur colère hier, mardi 14 février. Elles ont brûlé le poste des Douanes et la brigade de gendarmerie de la localité. Elles protestaient contre la mort de Yamadou Sagna, un jeune orpailleur de 21 ans, marié et père de deux enfants. Ce dernier aurait été tué avant-hier, lundi 13 février, par un agent des Douanes ayant fait usage de son arme à feu. Ce, alors que des orpailleurs dont le matériel a été saisi ont tenté de rentrer en possession de leurs biens.

 

La tension était vive à Saraya. Armés de pierres et de bouteilles, les jeunes ont semé le désordre dans le département. Le premier déploiement de gendarmes n’a pu éviter la mise à feu de la gendarmerie et le poste de Douanes. Les grenades lacrymogènes et les tirs en l’air d’armes en feu, en guise de sommation, n’ont servi à rien. Il a fallu l’intervention des gendarmes arrivés en renfort de Kédougou pour un retour au calme.

«Nous en avons marre, a fulminé un des jeunes manifestants du nom de Bangali Danfakha. On nous tue comme des animaux. Il faut que cela cesse.»

Membre du Conseil économique, social et environnemental, Sadio Danfakha embraye : «Cela n’est qu’une illustration de la situation d’injustice et d’oppression dans laquelle vivent les populations de Saraya. L’État doit s’auto-saisir pour prendre en charge cette question et revoir le comportement des gendarmes et des douaniers. Ils en font trop.»

Selon le décompte macabre des jeunes, Yamadou Sagna est la quatrième victime des forces de sécurité en 9 ans. Le 23 décembre 2008, le jeune Sina Sidibé a été tué par balle au cours d’une manifestation réprimée par les forces de l’ordre. En août 2012, c’est le sourd et muet Kékouta Sidibé qui périt suite, dit-on, à des actes tortures subis au niveau de la brigade de gendarmerie. Moins de deux ans plus tard, en septembre 2014, c’est le détenu Mamadou Doudou Diallo qui a été abattu par un garde pénitentiaire.

Dans un communiqué, le gouvernement a présenté ses condoléances à la famille de Yamadou Sagna. Il a aussi informé que les deux douaniers mis en cause dans la mort de ce dernier ont été arrêtés, pour les besoins de l’enquête, et qu’une information judiciaire a été ouverte.

 

(Source : Le Quotidien)

LAISSER UN COMMENTAIRE