Partager
ANNONCE

La soixantaine, Khalifa Sall donne l’impression de n’avoir d’yeux que pour l’hôtel de ville surplombant le port de Dakar qu’il occupe depuis 2009. Celui que tout le monde voit comme présidentiable, refuse encore d’aborder ce sujet. Pourtant le Palais présidentiel situé non loin de ses bureaux reste plus que jamais tentant.

il dirige la plus convoitée mairie du Sénégal, Khalifa Sall est en mode minimum. Le « rival » du ministre Diène Farba Sarr dans la réalisation de certains projets (notamment la rénovation de la Place de l’indépendance), évite les polémiques et esquive les sujets embarrassants dans ses sorties. Sur les questions d’ordre purement politiques agitant le pays, notamment, l’affaire Lamine Diack,  Khalifa Sall les traverse en faisant juste ce qu’il faut : d’un côté, il se débrouille pour satisfaire ses amis et partisans et montrer qu’il est toujours. Et de l’autre, il envoie un fort signal à ses ennemis pour leur prouver qu’il est bien aux aguets, malgré qu’il évite de parler politique à la sortie des réunions du conseil municipal de Dakar.

Une machine de guerre discrète

A y voir de près, Khalifa Sall poursuit en toute discrétion son ascension politique en se faisant remarquer par ses réalisations à la tête de la ville de Dakar et légitimer par ricochet une candidature à la prochaine présidentielle. Homme politique de classe, même quand il évite de se prononcer sur l’actualité politique en restant en mode veille, Khalifa Sall continue quand même de fonctionner comme une machine de guerre, certes en silence, certes l’air au ralenti, certes en suspens, mais tous les rouages fonctionnent et ont leur particularité propre.

Au Parti socialiste, c’est Ousmane Tanor Dieng qui dirige la formation politique depuis le départ d’Abdou Diouf de la présidence de la République.  Il est le chef incontesté. Mais il aurait tort de se réjouir trop vite, surtout que tout reste flou quant au profil de la personne qui sera candidate du PS pour la présidentielle à venir. Officiellement donc, Khalifa Sall, que beaucoup poussent à se présenter sous la bannière socialiste via des primaires, lui laisse le rôle d’opposant majeur puisque, pour l’instant, c’est bien Ousmane Tanor Dieng le bosse du Parti socialiste.

A la conquête du pouvoir suprême dès le 9 janvier ?

En attendant que les cartes se dessinent pour les prochaines échéances électorales, Khalifa Sall fait semblant de regarder ailleurs, de n’avoir du temps que pour ses projets pour la ville de Dakar. Mais depuis son bureau, sur la place de l’indépendance, difficile de penser qu’il ne nourrit pas d’ambition d’occuper le palais de l’avenue Roumé situé à deux pas de l’hôtel de ville. Le 09 janvier prochain, celui qui est resté longtemps loin du vacarme qui accompagne la vie des partis politiques, va aiguiser ses armes pour 2017 en parlant politique. Sujet qu’il a toujours évité. La 10e coordination du Parti socialiste qu’il dirige lui offre une tribune pour éclairer la lanterne des Sénégalais sur ses ambitions à venir. Se contentera-t-il de l’hôtel de ville ou lorgne-t-il discrètement mieux ? En tout état de cause, celui qui se refusait à mettre en place des réseaux et mouvements de soutiens va devoir se prononcer, d’autant plus que sous l’impulsion d’amis et de sympathisants, les attaches se multiplient autour de lui. A coup sûr, il lui sera difficile de décevoir tout ce monde qui rêve de le voir défier Macky Sall à la prochaine présidentielle. Il lui suffira de dire « Oui » pour que la machine en direction de 2017 s’ébranle pour lui.

Récupérer la direction du Parti socialiste

Il y a encore quelques années, cet enseignant de formation au discours captivant  ne pouvait même pas rêver de pareille ascension en si peu d’années. Un petit rappel s’impose. Nous sommes en 2009 : c’est les élections municipales. Karim Wade, super puissant ministre et fils du Président de l’époque Abdoulaye Wade, convoite l’hôtel de ville de Dakar. Finalement c’est Khalifa Sall que les électeurs choisissent, à la surprise générale. Depuis lors, l’ancien ministre du Commerce du dernier gouvernement d’Abdou Diouf gagne des points en séduisant les Dakarois par ses projets et innovations qui changent le visage de la capitale sénégalaise. En célébrant son 60e anniversaire avec sa famille et ses proches aujourd’hui, Khalifa peut être sûr de s’être fait pas mal d’amis et de sympathisants grâce à son bilan à la tête de Dakar. Le seul danger à craindre pourrait certainement venir, et paradoxalement, de sa famille politique. Après avoir dissuadé Aïssata Tall Sall de se présenter contre Ousmane Tanor Dieng lors de la dernière primaire du PS, Khalifa Sall semble désormais obligé d’en découdre avec les pontes socialistes et se frayer un chemin jusqu’au sommet. Sa marche vers la présidence de la République, si toutefois il l’envisage, devra certainement passer par la maison socialiste autrefois très puissante.
Joyeux anniversaire !

Senegal7.com

ANNONCE

LAISSER UN COMMENTAIRE