Partager
Publicité

La faute de Sergio Ramos sur Mohamed Salah, blessé à l’épaule en finale de la Ligue des champions, ne passe toujours pas pour Jürgen Klopp, qui a de nouveau, et violemment, chargé le capitaine merengue.
La défaite de Liverpool face au Real Madrid en finale de la dernière Ligue des champions (3-1 le 26 mai dernier) est toujours difficile à digérer pour Jürgen Klopp. Et notamment le comportement de Sergio Ramos, qui avait blessé à l’épaule Mohamed Salah, auteur d’une saison exceptionnelle et contraint d’abandonner ses partenaires dès la demi-heure de jeu à Kiev.

« Si vous regardez l’action et que vous n’êtes pas supporter du Real Madrid, alors vous pensez que c’est cruel et brutal. Ramos a dit beaucoup de choses après que je n’ai pas aimé. En tant que personne, je n’ai pas aimé ses réactions. Il a dit que c’était normal. Non, ce n’est pas normal », avait d’abord déclaré le technicien allemand le mois dernier, alors que le défenseur espagnol s’était défendu, sans vraiment convaincre: « Il m’attrape d’abord le bras et moi je tombe, d’ailleurs il se blesse l’autre bras mais les gens disent que je fais une prise de judo. »

Si c’est le message que nous envoyons à nos enfants…

Interviewé par la chaîne d’outre-Rhin Sport1, Klopp en a remis une couche vendredi, expliquant qu’il ne voulait pas « gagner par tous les moyens. J’aurais bien évidemment aimé remporter la Ligue des champions et je n’aurais pas rendu le trophée s’il y avait eu ce genre de choses en notre faveur. Ce n’est pas ce que j’espère de lui, mais j’attendais seulement qu’il réfléchisse d’avantage à sa manière de gérer certaines situations. C’était peut-être une coïncidence, mais Mo Salah a été sorti du match alors qu’il était dans une période formidable de sa vie de footballeur, en plein milieu du terrain. »

Publicité

« Beaucoup de gens diront que ce sont des choses qui arrivent. Mais si c’est le message que nous envoyons à nos enfants, qu’il n’y a pas de limites et que tout ce qui compte c’est de gagner, alors je serais heureux de quitter cette planète dans 40 ans, a-t-il poursuivi, décidément remonté. Est-ce que je suis bon perdant ? Non. Mais durant notre préparation on avait dû parler de Ramos parce qu’il avait influencé la précédente finale avec une simulation et un carton rouge (pour Cuadrado, ndlr) contre la Juventus. » Des déclarations incendiaires qui pourraient à nouveau faire réagir le capitaine merengue, et donner encore un peu plus de piment à d’éventuelles retrouvailles entre les deux clubs.

Publicité
Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE