Partager
artp
artp

Réagissant à un volet de actualité relative aux TIC, l’Association Sénégalaise des Utilisateurs des TIC (ASUTIC) s’est offusquée de la position qu’elle juge louche de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP).

L’ASUTIC rappelle que suite à un article du journal « le quotidien », intitulé « Utilisation de Skype, Viber et Whatsapp: l’ARTP se connecte à la censure », l’ARTP avait publié une mise au point sur son site web, le 28 Décembre 2015, pour annoncer qu’elle n’est nullement dans les dispositions de demander le blocage d’une quelconque application au Sénégal. Cependant, elle a initié une réflexion afin d’évaluer l’impact technique et socio-économique de ces OTT au Sénégal.

« Il est déplorable ­qu’avant la fin de cette réflexion que le Directeur de l’économie et des marchés de l’ARTP tienne des propos tendancieux, augurant d’une censure prochaine des OTT. En effet, au lieu de défendre les intérêts des sénégalais, l’argumentaire avancé est axé autour des pertes enregistrées par les opérateurs. C’est à la limite une hérésie ! » S’indigne-t-elle dans un communiqué parvenu à lactuacho.com, repris par leral.

Pour l’Association, « au moment où on n’a pas encore fini de dénoncer la mauvaise mise en œuvre de la portabilité qui augmente le coût des appels téléphoniques au Sénégal, l’inertie de l’ARTP face à l’augmentation du tarif de communication locale par Orange/Sonatel, la régression du Sénégal confirmé par le rapport 2015 de l’UIT, l’absence d’une politique sectorielle TIC depuis 2012, l’ARTP ne trouve d’utile pour le Sénégal qu’un tel sujet de réflexion ».

« Aucun argument pertinent qui va dans le sens des intérêts des utilisateurs sénégalais ne peut être invoqué pour la justifier. Encore une fois, l’ARTP prouve qu’elle n’a jamais été au service du Peuple Sénégalais. Pire encore, elle a pris fait et cause depuis 2014 pour les opérateurs en particulier celui historique au détriment du Peuple Sénégalais », se désole l’ASUTIC.

Pour elle, nos autorités sont loin de celles qui favorisent le développement des TIC au bénéfice de leurs populations, comme en Algérie.

« En effet, dans ce pays il a été développé avec l’appui des autorités un service de VoIP, qui permet, tout comme Skype, Viber, Whatsapp et autres,d’effectuer des appels en ligne, en local et à l’international, vers tous les réseaux fixes et mobiles, totalement gratuit et illimité ou à des tarifs très avantageux », magnifie l’Association.

Aussi, avertit-elle que le peuple sénégalais n’acceptera jamais d’être privé des avantages des progrès technologiques. Aussi les opérateurs doivent s’adapter ou disparaître. ­ Ainsi l’Association Sénégalaise des Utilisateurs des TIC (ASUTIC) estime que cette initiative de l’ARTP est inopportune, scandaleuse et inacceptable.

LAISSER UN COMMENTAIRE